Critique Falcon et le Soldat de l’Hiver saison 1 épisode 1 : Captain Obvious

Après WandaVision, c’est au tour de Falcon et le Soldat de l’Hiver de prendre leur envol comme nouvelle série du MCU, pour l’instant très classique.

Sam Wilson est en mission pour l’armée tandis que Bucky Barnes essuie les plâtres d’une thérapie qui fait ressurgir de vieux démons. A contrario de WandaVision, le MCU et Disney décident de faire une série particulièrement classique, très fidèle à leur ligne éditoriale cinématographique avec la petite nouvelle, Falcon et le Soldat de l’Hiver. Oui, le titre est en franglais, signe que c’est officiellement compliqué de prendre la relève de Captain America, même pour ses potes.

Critique Falcon et le Soldat de l’Hiver saison 1 épisode 1 - Captain Obvious
©facebook/falconandwintersoldier

Prenant place quelques mois après Avengers Endgame et la retraite anticipée du Captain, le nouveau show de l’Univers Cinématographique Marvel abandonne l’originalité psychédélique pour un classicisme tonitruant de la franchise super-héroïque. Pourtant ce ton usuel semble ravir les fans puisque le season premiere de Falcon et le Soldat de l’Hiver vient de devenir lors de son premier week-end de diffusion, le premier épisode le plus regardé de Disney+, faisant fi de WandaVision ou du Mandalorian, un record pour la plateforme de Mickey, bien décidée à asseoir son empire télévisuel et ce même en regard d’un produit pourtant très formaté.

Infinity Winter

Pour bien commencer et montrer qu’après les errances un peu barrées et cérébrales de WandaVision, même s’il faut raison garder, l’introduction de cette nouvelle série du MCU se veut être un déluge d’action incroyable. Anthony « Faucon » Mackie se paye une séquence énervée, où il peut enfin briller de toutes ses plumes. Un balais aérien monumental qui rappelle la jolie tentative du Hulk de Ang Lee ou, plus évidemment, la course de podracers de La Menace Fantôme. Une pluie de GGI pas forcément très probante mais qui a le mérite de lancer le ton du show, soit une approche action-packed, parce qu’on n’est pas là pour niaiser.

Critique Falcon et le Soldat de l’Hiver saison 1 épisode 1 - Captain Obvious
©facebook/falconandwintersoldier

A contrario après la focalisation musclée et militarisée de Falcon, c’est le Winter Soldier de Sebastian Stan qui fait son entrée sous le feu des projecteurs. Mais le soldat de l’hiver fait lui face à ses nombreux traumas. En visite chez la psy, s’en suit un dialogue entre acceptation de son stress post-traumatique et blagounettes détentes, un lieu commun chez Marvel, ça tombe bien Falcon et le Soldat de l’Hiver en sont le parfait exemple. Une recette habituelle où l’action côtoie la comédie pour nous offrir une dualité à l’exemple du buddy movie en approche, déjà illustré par l’opposition entre les protagonistes, l’action face à l’introspection, le militaire vs le soldat.

Captain Soldier

Pourtant, l’écriture du showrunner Malcolm Spellman tente de s’aventurer vers de menues revendications. La storyline du Faucon soulève d’intéressantes questions puisqu’il se place en militaire déconnecté de la vie civile tout en apposant au show une critique de la ségrégation raciale toujours omniprésente, et ce même envers un Avengers adulé de tous. C’est fait avec la subtilité d’un bulldozer, mais le message est là, louable. De plus, si les psycho-traumatismes du Soldat de l’Hiver, un guerrier centenaire physiquement renforcé, tendent à faire sourire et paraissent forcés, ils permettent de nous offrir quelques flashbacks d’expositions et annoncent un thriller politique à la sauce Guerre Froide réchauffée avec pour l’instant des Yamakasis pas très effrayants en attendant l’arrivée de Daniel Brühl en Baron Zemo.

Critique Falcon et le Soldat de l’Hiver saison 1 épisode 1 - Captain Obvious
©facebook/falconandwintersoldier

Enfin, avec tous ses easters eggs, Falcon et le Soldat de l’Hiver se pose en nouvelle pierre angulaire du MCU. De l’éponyme film Captain America Georges St-Pierre reprend son rôle de Bartroc quand Don Cheadle représente le reste de la famille des Avengers en pleine déprime depuis la retraite de Steve Rogers. A ce titre, le season premiere laisse entendre que le thème principal sera la filiation et l’héritage du bouclier en vibranium, la transmission du leadership des Vengeurs. Ainsi, le nouveau Captain America désigné comme tel par la bureaucratie, John Walker, joué par l’excellent Wyatt Russell, sème déjà la zizanie à l’écran comme dans la vie. En effet le personnage semble représenter l’exact opposé de ce que représentait le vrai Super Soldat tandis que les fans s’arment déjà d’un #NotMyCaptainAmerica pour l’incendier sur les réseaux sociaux. Preuve que tout le monde regarde et se sent concerné.

Loin d’une nouvelle prise de tête, Marvel signe avec Falcon et le Soldat de l’Hiver une série très codifiée, pas très originale mais efficace, qui se regarde cependant avec la nostalgie de voir ces deux seconds rôles tenter de marcher dans les pas de Chris Evans.

Le premier épisode de Falcon et le Soldat de l’Hiver est disponible sur Disney+.

(Visited 109 times, 109 visits today)

Avis

6,5 captain obvious
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Axel PC

Entre deux passages sur le billard pour ressembler à l’arme X, ce créateur marginal allie réalisation et graphisme à l’écriture pour s’évader vers une galaxie lointaine. À l’affut de toute image mouvante, sa passion pour le cinéma et les séries ne s’estompe que pour fragguer quelques noobs.

Leave A Reply