Critique Lodge 49 saison 1 épisode 1 : douce vie de looser !

En attendant la reprise de Fear The Walking Dead, AMC propose un retour aux choses simples, douces et touchantes avec Lodge 49 dont le pilote vient d’être diffusé.

Dramédie. Après un accident et la mort de son père, un surfeur sdf, Dud (Wyatt Russell), rejoint une fraternité locale en espérant y retrouver un peu d’optimisme. Un script qui en dit peu et en même temps, beaucoup puisque Lodge 49 se place comme un témoin de l’envers du décor californien, loin des paillettes, au plus près de la crise économique qui sévit pour les laissés pour compte. En alternant entre humour noir, tristes réalités, situations exagérées ou considérations utopiques, on est pris au jeu de cet ovni fabuleux. Une belle fable humaniste où les paumés sont rois, toutes générations confondues, à la manière de The Big Lebowsky, dont le personnage principal tire son pseudonyme. Une douce réconciliation avec nos vies de loosers adorables.

Merveille. Le show d’AMC surprend en même temps qu’il laisse rêveur, plein d’espérance dans son message réaliste. Mais c’est surtout visuellement que Lodge 49 vient nous émouvoir. Au plus près de ses personnages atypiques, la caméra de Randall Einhorn met en valeur le propos de Jim Gavin avec des plans fixes et symétriques qui montrent, plein cadre, la misère sociale tandis que les jeux de saturations viennent mettre en valeur des éléments colorés et dissonants dans une ambiance délicatement doucereuse. Quel rafraîchissement.

Lodge 49 est actuellement diffusé sur AMC et, on espère, bientôt sur OCS.

Avis

8 belle simplicité
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Axel PC

Entre deux passages sur le billard pour ressembler à l’arme X, ce créateur marginal allie réalisation et graphisme à l’écriture pour s’évader vers une galaxie lointaine. À l’affut de toute image mouvante, sa passion pour le cinéma et les séries ne s’estompe que pour fragguer quelques noobs.

Leave A Reply