[Critique] 22 Jump Street : le blockbuster anti-blockbuster

Un premier opus réussi et une consécration avec La Grande Aventure LEGO permettent à Phil Lord et Chris Miller de remettre le couvert pour 22 Jump Street et ne s’imposer aucune limite. Aucune ? Aucune !

Comme dirait Channing « Jenko » Tatum : « il faut casser le plafond », et le duo de réalisateurs n’y va pas avec le dos de la cuillère. Le film enchaîne les perles d’humour de toute sorte et ne se prive pas de s’autoflageller au passage. Pleine de cynisme, cette suite déclare ouvertement nous servir exactement la même me*** que le premier opus, tapant allègrement sur l’industrie du divertissement où l’argent gouverne – à l’image de l’hilarant générique de fin -. S’en suit des passages ultra-référencés où l’on cite du Mr & Mrs Smith ou Fast & Furious avec en sous-texte le message : regardez, on ne fait rien d’original. Et pourtant…

Derrière cette entreprise de déconstruction se cache tout la force d’un 22 Jump Street conscient de ce qu’il est. Une fois son côté « suite » assumé, le film peut s’affranchir des diktats et se livre à un florilège de vannes, tapant sur les comédies adolescentes et autres buddy movies. À ce titre, difficile de faire plus crypto-gay depuis Top Gun. Mais c’est pour cela qu’on l’aime !

22 Jump Street sort le 27 août 2014

8.5 A voir absolument
  • User Ratings (1 Votes) 7

About Author

Avatar

Leave A Reply