Critique Le Diable, tout le temps : pas mal, mais pas tout le temps

Le Diable, tout le temps débarque sur Netflix. Adaptation du roman éponyme, le film bénéficie d’un solide casting et de belles promesses. Chronique naviguant sur plusieurs années autour de multiples personnages, le tout dans une ambiance vénéneuse et un brin poisseuse, le résultat final est assez décevant malgré de bons éléments.

Le Diable, tout le temps est à la base un roman de 2011 par Donald Ray Pollock. Cela tombe bien, car ce dernier est aussi le narrateur du film (on entendra sa voix-off jusqu’à la dernière minute du métrage). Réalisé par Antonio Campos (après quelques épisodes de The Sinner ou pour The Punisher), The Devil all the Time en VO nous emmène dans l’Americana des 50’s-60’s. Dans les régions rurales de l’Ohio et de la Virginie, nous sommes introduits à Willard Russel (un intense Bill Skarsgard apprivoisant l’accent du Sud), ex-soldat de la WW2.

Tourmenté par les horreurs de la guerre, il rentrera au pays en se tournant vers la religion, et rencontrera l’amour de sa vie. Un fils et 7 années plus tard, de sinistres évènements frapperont cette famille. L’occasion d’introduire une galerie de personnages au destin inter-connecté, le tout de 1945 à 1965. De ce canevas de base, l’ambition du film est clairement de surfer sur le Southern Gothic. Un genre ayant eu ses heures de gloire des années 60 à 90 (de Elmer Gantry à Angel Heart), et qu’on a pu retrouver à la télévision récemment dans les saisons 1 et 3 de True Detective.

© Netflix

De cet héritage, Le Diable, tout le temps en comprend forcément la grammaire, le ton et le style. L’ambiance y est régulièrement sinistre, voire bien poissarde, et la violence fait irruption à intervalles réguliers. Une violence sèche, non esthétisée, qui donne du coffre à l’ensemble. Au sein d’une Amérique rurale puritaine, on trouvera par ailleurs des personnages aux multiples traumas, victimes de diverses violences, et qui l’engendrent à leur tour. Un cercle vicieux intéressant, qui ira jusqu’à pourrir ou corrompre chaque arc narratif. Oui, le film n’est pas tout public, malgré un casting all-star aguicheur !

Un casting qui fait bien passer la pilule

En effet, le casting est sans doute l’argument numéro 1 de Le Diable, tout le temps. Si l’écriture de chacun des personnages ne brille pas nécessairement, emprisonnée dans un genre et des archétypes que Campos a bien du mal à s’approprier, on dénote aucune mauvaise interprétation. Tom Holland (Spider-Man Homecoming, Uncharted) s’attelle à un tout autre registre, et est très convaincant. Réel personnage central, on se plaira à le suivre dans une spirale de vengeance malgré sa volonté d’être un homme bon. Riley Keough (Mad Max Fury Road, Under the Silver Lake) et Jason Clarke (Everest, Simetierre) sont également très bons en couple de serial killers aux pratiques un brin fétichistes. Harry Melling (Dudley dans Harry Potter) quand à lui incarne un homme d’église à la foi inébranlable, et légèrement comico-tragique.

© Netflix

Outre Bill Skarsgard, Robert Pattinson (Tenet, The Batman) incarne un prédicateur à l’aura maléfique délectable. Solide dans son interprétation autant que son personnage est détestable, on se plait quand même à penser qu’un acteur plus âgé aurait été plus logique vu le rôle. Car malgré une évolution sur 2 décennies, difficile d’y voir le poids des années tant sur les acteurs qu’au niveau de la mise en scène. Pour finir, bon nombre de personnages sont très peu exploités, en particulier les femmes. Hayley Bennett, Mia Wasikowska et Elisa Scanlen traversent l’intrigue en victimes sans qu’on apprenne réellement à les connaître. Sebastian Stan sera lui aussi introduit pour n’être utilisé qu’à la toute fin.

Un récit sombre qui manque d’incarnation

Ce sera donc là que le bas blesse : malgré un casting talentueux et impliqué, difficile de passer à côté de l’aspect laborieux d’une intrigue manquant d’emphase et d’une vraie gestion de son rythme. La narration est en effet souvent décousue et épaisse. Le Diable, tout le temps manque très clairement d’originalité et de singularité dans son fond. Désireux de recréer la noirceur et l’aura d’un certain cinéma, le bougre a bien du mal à se défaire de ses influences pour faire exister son récit et ses personnages. Néanmoins, le réalisateur croit en son film, et cela se ressent réellement malgré l’inaptitude d’en faire quoique ce soit d’incarné, fort ou émouvant.

Le Diable, tout le temps mérite qu’on s’y attarde grâce à un son casting de luxe, proposant une aisance de visionnage très appréciable. Si on oublie un récit doté d’une narration tournant souvent à vide, le film reste solide dans sa fabrication et ses intentions. Difficile quand même de passer à côté de la noirceur absolue du bouquin de base, noyée ici dans une chronique survolant son fond et le traitement de ses personnages. Le tout reste carré et honorable, puisant sa force dans un récit noir et singulier. Plaisant, mais pas inoubliable.

Le Diable, tout le temps est disponible sur Netflix depuis le 16 septembre 2020

avis

6 pas trop mal
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Charley

Cinéphage, sériephile, nerd, gamer, médic...un touche-à-tout qui reste un grand rêveur !

Leave A Reply