[Critique] Détective Dee, le Sherlock Holmes asiatique

Oubliez d’ores et déjà l’affreux et décevant Dragon Gate : La Légende des sabres volants, (direct to DVD en 2013) du réalisateur chinois Tsui Hark et redécouvrez plutôt Détective Dee : Le mystère de la flamme fantôme, une enquête prenante aux frontières du fantastique.

Chine, an 690. Une série de morts mystérieuses menace la cérémonie d’intronisation de l’impératrice Wu Ze Tian. Cette dernière fait appel au juge Ti, emprisonné pendant huit ans pour insolence. Inspiré d’un authentique détective chinois et incarné à merveille par le ténébreux Andy Lau, Hark signe un véritable film de cape et d’épée rythmé par les chorégraphies de combat virevoltantes .

La grande qualité de Tsui Hark demeure son auto-dérision. C’est un grand enfant qui s’amuse avec des effets spéciaux, s’important peu si ceux-ci ne donnent pas un résultat convaincant. Le numérique, kitsch à souhait, donne à l’esthétique un aspect nanar, définissant la patte personnelle d’Hark.

Détective Dee : Le mystère de la flamme fantôme est sorti le 20 avril 2011.

Article écrit par Cécile Ravidat.

Avis

6 Passable
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply