Critique Supergirl saison 4 : un navet étonnamment sympa

Le season premiere n’inaugurait rien de bon, comme d’hab’, mais la saison 4 de Supergirl aura finalement proposé les meilleures aventures de la fille d’acier.

Les décrets anti-aliens s’intensifient et la guerre civile menace l’Amérique, à moins qu’un sauveur inattendu ne s’interpose… Alors qu’on attendait rien de Supergirl, la pire des séries superhéroïques de The CW aura gommé ses erreurs de parcours pour nous offrir le meilleur du Arrowverse cette année. Qui l’eût cru ? Pas nous.

Critique Supergirl saison 4 : un navet étonnamment sympa
©The CW

Attention, la série n’est pas exempte de défauts, loin s’en faut. La moitié des épisodes est toujours de trop alors que l’histoire fait du surplace et que les réactions des personnages continuent de nous exaspérer. Surtout que la série prend des faux airs de navet, empêtrée dans un surjeu constant et des effets spéciaux particulièrement bidons. Mais il est de bon ton de noter que contrairement à Arrow ou Flash, Supergirl tente de nouvelles choses pour nous divertir, et la plupart fonctionnent suffisamment. Dingue non ?

Presque super !

Si Melissa Benoist est toujours horripilante, et ses collègues réguliers pas beaucoup plus inspirés, de nouveaux seconds rôles viennent redynamiser un peu le paysage de Supergirl. A commencer par Nicole Maines ou Sam Witwer et son rôle d’extrêmiste. Le bonhomme excelle dans sa lutte intégriste contre les aliens et offre une belle alternative aux traditionnels supers vilains. De quoi nous offrir une réflexion sociale qui n’est pas sans faire écho à la politique conservatrice et d’immigration de Trump. Une parabole efficace qui permet de donner de l’envergure à la trame narrative qui demeure un peu léthargique, on va pas se mentir.

Critique Supergirl saison 4 : un navet étonnamment sympa
©The CW

Si les questions xénophobes donnent de l’envergure au show, la série appuie ses références aux comics originels de chez DC alors qu’une Red Daughter fait son apparition. Une Supergirl façonnée par un Lex Luthor original, mais qui manque cruellement de charisme. Pourtant Jon Cryer fait de la nemesis de Superman un méchant efficace, lequel initie même le prochain crossover du Arrowverse, décidément la conclusion ultime de toutes les saisons de The CW.

Originale et plus pertinente qu’à l’accoutumée, cette quatrième saison de Supergirl est loin d’être excellente mais réussi néanmoins à nous offrir un divertissement enfin sympathique. Et c’est déjà beaucoup.

La saison 4 de Supergirl est disponible sur The CW.

Avis

6 encouragements !
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Axel PC

Entre deux passages sur le billard pour ressembler à l’arme X, ce créateur marginal allie réalisation et graphisme à l’écriture pour s’évader vers une galaxie lointaine. À l’affut de toute image mouvante, sa passion pour le cinéma et les séries ne s’estompe que pour fragguer quelques noobs.

Leave A Reply