Critique Spectacle – La lesbienne invisible… mais qui ne passe pas inaperçue pour autant !

0

La lesbienne invisible revient après une première version jouée plus de 550 fois. Et c’est Marine Baousson qui incarne désormais avec dynamisme et fraîcheur cette jeune femme qui va découvrir son homosexualité… alors même que personne n’y croit !

De l’humour, mais pas que. En effet, on ne rit pas forcément tout le temps, mais qu’importe. Marine Baousson est complètement à la hauteur de ce rôle longtemps jouée par Océan (anciennement Océanerosemarie). Le coming-out parental, les premières relations amoureuses, les sorties en boîte de nuit, les réactions des copines, la vision masculine de l’homosexualité féminine, et même une réinterprétation hilarante des textes de Mylène Farmer : on n’a pas le temps de s’ennuyer !

Plus que jamais d’actualité. On retrouve l’intelligence et la densité de texte d’Océan – qui nous avait déjà bluffés dans Chatons violents – même si le ton reste ici léger. Car pas question pour cette Lesbienne invisible de donner les leçons : c’est la bonne humeur qui l’emporte, et les clichés volent en éclats avec tendresse et autodérision. L’interprétation décomplexée et pleine de spontanéité de la comédienne sonne juste et sert à merveille le propos de cette pièce qui s’adresse à tous, et a de quoi ouvrir en grand les esprits encore un peu fermés !

La lesbienne invisible, écrit et mis en scène par Océan, interprété par Marine Baousson se joue à La Nouvelle Seine, à Paris, tous les jeudis à 21h30.

Critique Spectacle - La lesbienne invisible... mais qui ne passe pas inaperçu pour autant !

Advertisement
(Visited 1 times, 3 visits today)

Avis

9 A voir absolument
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Mélina Hoffmann

Les rubriques littérature et théâtre : c'est moi ! Je suis une rédactrice qui ose (mettre sa vraie photo ! C'est déjà ça.) J'aime les beaux mots, les belles histoires, les belles rimes, et les G Squad. Mon livre préféré ? Oui-oui à la plage, sans hésiter. Pour le suspense. Surtout à la fin, quand le château de sable...

Réagissez !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.