[Critique] Tom of Finland : l’homosexualité sans frontières

A la fois sensible et brutal, Tom of Finland, de Dome Karukoski, raconte l’homosexualité avec une vérité rude et animale. Violences, injustices, dangers, mais avant tout amour, plaisir et liberté. Le film suit son idée, et malgré quelques longueurs, reste plutôt bien mené.

Un casting au poil. La force du message passe essentiellement par les acteurs. Tous, sans exception, réalisent une excellente performance, empreinte de beaucoup d’émotion et de sincérité. Pekka Strang campe un Touko Laaksonnen plus vrai que nature, tout en charme silencieux et en mystère. Un regard sombre et mélancolique, qui traduit chacune de ses envies, ses pensées et ses peines. L’attachement au personnage se fait alors rapidement et dans un naturel absolu. On a finalement l’impression de le connaître, mais on veut pourtant le découvrir.

Peu de tensions, pour beaucoup d’extensions. Côté rythme, Tom of Finland propose une mélodie dissonante. Certaines scènes imposent une intensité redoutable, quand d’autres endorment au doux son de l’ennui. Le résultat offre une partition hachurée, qui impacte forcément l’intérêt que porte le spectateur à l’écran. Immergé 5 minutes, puis émergé 10. Un compte loin d’être optimal, pour ce biopic authentique et militant.

Tom of Finland sort dans les salles le 19 juillet 2017.

Avis

7 Intéressant
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply