Suicide Squad : Des révélations sur les coupes et bientôt un Director’s cut ?

Alors que le Snyder Cut de Justice League est attendu, David Ayer milite sur twitter pour sortir un director’s cut de son Suicide Squad. De quoi revenir sur ce qui a été charcuté par le studio. 

“Mon montage serait facile à finir. Ce serait incroyablement cathartique pour moi. C’est épuisant de se faire botter le cul pour un film qui a reçu un traitement à la Edward aux mains d’argent. Le film que j’ai fait n’a jamais été vu”.

Et la version en question existe bel et bien puisque que cette dernière avait été projetée en projection test, en concurrence avec celle du studio, qui aura fini sur nos écrans.

Cut, Cut, Cut…

Entre toutes ces coupes, Jared Leto en Joker a été le premier a tombé au combat. Ayer avoue que l’actuel film ne rend pas hommage à la performance de l’acteur qui a été maltraité et éjecté du montage. Parmi les scènes coupées moins importantes mais pas inintéressantes pour autant, on y voyait le clown prince du crime faire pression sur le personnage tatoué de Common pour qu’il se tue lui-même, de quoi révéler toute la noirceur du personnage. Chose qui n’a pas été forcément du goût de la Warner qui voulait passer le film en PG-13.

Mais parmi les changements plus conséquents, le réalisateur révèle qu’après le crash d’hélicoptère du Joker, ce dernier devait s’allier à l’Enchanteresse pour que lui et sa douce finissent roi et reine de Gotham. Mais après s’être attaché à la Suicide Squad, Quinn décide de rejeter son « poussin », au profit d’une relation amoureuse avec Deadshot. Cependant la Warner trouvait que les retrouvailles entre le Joker et Harley faisait un meilleur happy end, pouvant embrayer sur le projet Joker vs Harley Quinn, dorénavant avorté.  

Du côté des personnages secondaires, bon nombre sont passés à la moulinette. Une scène d’introduction de Slipknot a été coupée, Katana finissait possédée par l’Enchanteresse et forcée à combattre ses collègues tandis que Diablo faisait parti des survivants. Concernant ce dernier, Ayer précise que sa backstory où il tue sa famille par accident est le seul combat qu’il a gagné dans les décisions créatives. 

Mais plus que pour le film en lui même, son importance au sein du DCEU s’est vue charcutée. En effet, le cinéaste rajoute que son film devait être un tremplin vers les deux parties de Justice League, à travers le fait que l’Enchanteresse était contrôlée par une mother box et un caméo de Steppenwolf.  

Parmi les fautifs de ce carnage créatif, un des coupables que designe Ayer est Geoff Johns, chef de DC à l’époque, aussi responsable du remaniement de Justice League. Pour son film, le cinéaste révèle que Johns a massacré sa timeline. Il donne pour exemple que le Joker devait initialement tuer Robin seul, voir ses dents détruites par Batman et ensuite être envoyé à Arkham, où il rencontre Harley. Mais dans la séquence d’exposition actuelle, le dossier de Harley Quinn montre qu’elle a été complice du meurtre de l’acolyte de la chauve souris. Un changement dont on ne comprend pas trop la raison étant donné le peu d’importance que cela apporte à l’intrigue. 

« L’intention du film que j’ai fait : Méthodique. Profond. Complexe, beau et triste.« 

Mais Ayer finira par révéler un secret de polichinelle : les critiques mitigées du sombre BvS aura hybridé a posteriori son drame en comédie. Comme le confirme la grande différence de ton entre la bande annonce finale pop colorée sur une musique de Queen et le tout premier trailer mélancolique/torturé de Suicide Squad. 

“Cette bande-annonce a fixé le ton et l’intention du film que j’ai fait. Méthodique. Profond. Complexe, beau et triste. Après que les critiques de BVS ont choqué les dirigeants de l’époque, et le succès de Deadpool – Mon drame émouvant a été transformé en une comédie”. 

L’influence de Deadpool est cependant une vraie révélation inconnue jusqu’à présent qui expliquerait bon nombre de choses, comme le fait que Captain Boomerang voue une obsession inutile pour une licorne en peluche. 

Quoiqu’il en soit, l’engagement de David Ayer sur les réseaux semble porter ses fruits car le réalisateur peut compter sur bon nombre de soutien de fans et de professionnels, comme celui de James Gunn au commande du prochain opus. A tel point que DCEU Mythic rapporte qu’un director’s cut serait réellement à l’étude par Warner, d’autant plus qu’il serait bien plus simple à finaliser que la Snyder Cut.

En toute lucidité, Ayer assume évidemment que son montage ne changerait pas la face du cinéma mais qu’il serait désespérément meilleur que ce qu’on l’a vu. Alors #releasetheayercut ?

En attendant le Ayer Cut, la suite The Suicide Squad par James Gunn est attendue pour le 4 août 2021 en salle.

About Author

Emeric Bispo

Leave A Reply