Critique Peaky Blinders saison 5 épisodes 1 & 2 : retour fracassant

Depuis décembre 2017, on attendait la saison 5 des Peaky Blinders comme le messie télévisuel, et les retrouvailles se sont montrées on ne peut plus généreuses.

Maintenant un pied dans le Parlement britannique, la famille Shelby se heurte à la crise de 29 et aux Billy Boys de Glasgow. Steven Knight revient aux commandes de cette cinquième saison de Peaky Blinders, tout en laissant la caméra aux mains expertes de Anthony Byrne et le moins que l’on puisse dire, c’est que les deux bonhommes s’éclatent à retrouver la crasse de Birmingham et nous proposent un double épisode juste monumental.

Critique Peaky Blinders saison 5 épisodes 1 & 2 : retour fracassant
©BBC One

Quelques années se sont écoulées depuis la fin de la saison 4, et c’est au moment du célèbre « Black Tuesday » que l’on retrouve les Peaky Blinders, maintenant intouchables, mais dont la crise économique vient fragiliser ce statut durement gagné. De quoi les forcer à agrémenter de quelques braquages leur nouveau standing parce que gangsters un jour, gangsters toujours. Si on ajoute à cela de nouvelles responsabilités pour Tommy, papa incompris, toujours prompt à noyer sous l’opium ses traumatismes passés et de nouvelles menaces politiques ou complots sanglants, nous voilà parti pour un ride d’enfer.

Peaky Fouckin’ Blinders

Toujours fantasmé, le show de la BBC continue de jouer avec une forme rock’n’roll, distordue, dissonante mais enivrante et délicieuse. Avec un prologue presque onirique, référencé à Doctor Who, on replonge avec addiction dans cette Angleterre poisseuse, enfumée, qui nous avait diablement manqué. Avec un montage incisif, de superbes ralentis, des travelings compensés ou des contre-champs asymétriques, Anthony Byrne use d’effets de caméra terriblement imaginatifs pour un résultat immersif, un retour nerveux, brutal, comme un magnifique cheval sauvage.

Critique Peaky Blinders saison 5 épisodes 1 & 2 : retour fracassant
©BBC One

D’une générosité rare dans sa composition et ses cadres, Peaky Blinders n’oublie pas de nous délecter d’une écriture racée, virulente et sans concession. En mettant le gangster au parlement, le brigand à la cour des Lords, cette saison 5 nous offre une dichotomie délectable et parfaite alors que le gros de l’intrigue réside dans la psychologie blessée et traumatique du protagoniste aux ambitions démesurée. On quitte les affrontements tangibles pour s’orienter vers les sinueuses problématiques du pouvoir et la montée du fascisme. De quoi affuter le regard métallique de Cillian Murphy lors d’échanges rhétoriques sourds et cinglants. Une merveille, tout simplement.

La saison 5 de Peaky Blinders est actuellement diffusée sur BBC One, Arte et bientôt sur Netflix.

Avis

10 mortel !
  • User Ratings (7 Votes) 8.7

About Author

Axel PC

Entre deux passages sur le billard pour ressembler à l’arme X, ce créateur marginal allie réalisation et graphisme à l’écriture pour s’évader vers une galaxie lointaine. À l’affut de toute image mouvante, sa passion pour le cinéma et les séries ne s’estompe que pour fragguer quelques noobs.

2 commentaires

Leave A Reply