[Cannes 2017] La journée de l’accrédité : deux constats et une théorie du complot (jour 3)

Aujourd’hui, la journée a été plutôt tranquille, j’ai préféré rester sur un planning de deux films – une hérésie par rapport à la norme des trois projections quotidiennes – et me concentrer sur l’écriture au soleil. Enfin, c’était plutôt tranquille jusqu’à ce qu’un coup de soleil sur le cou me rappelle que je suis, avec ma peau de parisien, autant en danger qu’un vampire au Sahara.

Maintenant que je suis calfeutré dans la salle de presse à l’abri du démon jaune, je vous livre un premier constat sur les films en compétition : le niveau de mise en scène est pour l’instant stratosphérique. On a affaire à des gros bonnets du cadrage ciselé qui ont dû rendre de nombreux techniciens fous. Heureusement, je suis quelqu’un d’objectif, je ne laisse pas la virtuosité formelle et puérile prendre le dessus sur ma capacité d’analyse du scéna… MON DIEU, C’EST QUOI CE PLAN-SEQUENCE DE DINGUE ?!! QU’ON LUI DONNE UNE PALME D’OR !

A part ça, la première projection du long-métrage d’Hazanavicius à propos de Godard a été retardée suite à la découverte d’un colis suspect. Godard n’aimerait-il pas le film et chercherait un moyen de le saboter ? Venant de quelqu’un qui a fait exploser Belmondo dans Pierrot le fou, ça ne m’étonnerait pas…

Retrouvez tous nos articles consacrés au 70e Festival de Cannes ici.

About Author

Nicolas Diolez

Leave A Reply