Top 15 des voitures qui ont marqué nos écrans cinéma et TV !

Citroën, Peugeot, Porsche, Lotus… pas besoin d’être un fan d’automobiles pour dévorer des yeux les bolides du 7ème art ! Que ce soit sur petit ou grand écran les constructeurs font valoir leur image de marque à travers ces voitures et nous font rêver. Voici notre top 15 des voitures qui ont marqué nos écrans !

La Peugeot 406 blanche frenchie de Taxi

La célèbre Peugeot 406 blanche du film Taxi (1998) avait été fournie par la marque au lion à Luc Besson, avec de nombreuses modifications.

Des changements au niveau de la carrosserie tout d’abors, afin de lui donner un look sportif. Puis, elle fut équipée d’ailerons, de gros pneumatiques style F1, d’un volant de course et d’un booster. Sous le capot ensuite, où l’on retrouve un moteur ES9JP de 2 946 cm3, un moteur 6 cylindres essence à injection et une boîte manuelle 5 rapports. Des pièces à retrouver chez motordoctor.fr.

6 modèles de cette Peugeot 406 blanche ont créés pour le premier film afin d’effectuer des prises de vue sous tous les angles (intérieur, profil, pour les travellings, la transformation, etc).

Goldfinger : la classieuse Aston Martin DB5 de James Bond

Depuis ses débuts au cinéma en 1962, l’agent britanique 007 aura conduit de nombreux véhicules aux gadgets spectaculaires :

  • la Renault Fuego,
  • une Aston Martin DB10 dont il ne reste que 3 exemplaires,
  • un concept hybride de Jaguar C-X75 orange,
  • un Land Rover Defender doté de pneus 37 pouces,
  • une Citroën 2CV (Rien que pour vos yeux – 1981),
  • une BMW 750 i (Demain ne meurt jamais – 1997),
  • une Lotus Esprit Turbo (L’espion qui m’aimait – 1977)…

Ici on s’interresse à la mythique Aston Martin DB5 grise popularisée dans Goldfinger (1964) et Thunderball (1965). Pour montrer son importance, il suffit de voir le prix auquel elle s’est vendue récemment aux enchères : 6,4 millions de dollars, soit 5,7 millions d’euros.

Conduite par Sean Connery dans la peau du célèbre espion 007, elle a été créée pour la société de production EON à l’occasion de la tournée promotionnelle de Thunderball (1965). Elle a ensuite été remplacée par d’autres bolides avant un grand retour dans Casino Royale (2006) et Spectre (2015). Elle possédait 13 gadgets développés par Q : coupe-pneus, plaque d’immatriculation rotative, mitrailleuses, bouclier pare-balle…

La Lotus Esprit 1976 submersible de 007

Voici une autre vente ahurissante (650 000 euros environ) pour les voitures de l’espion. Ça fait bien comprendre le rêve que suscite la franchise.

La Lotus Esprit Turbo, surnommées « Wet Nellie », était capable d’aller sous l’eau. Elle fut conduite par Roger Moore dans L’espion qui m’aimait (1977). La Lotus Esprit 1976 avait été construite en 8 exemplaires complémentaires à partir d’une Lotus Esprit blanche S1.

La Ford Mustang GT verte fonceuse de Bullitt

La légendaire Ford Mustang GT verte pilotée par Steve McQueen dans Bullitt fait également partie de vente aux enchères folles. Adjugée pour 3,7 millions de dollars (3,4 millions d’euros environ), elle doit son succès à une course-poursuite d’anthologie à San Francisco.

Dans le film, deux Mustang avaient été utilisées. On la retrouve dans 60 Secondes Chrono avec une version Shelby Mustang GT500. Cette Ford Mustang GT est devenue tellement emblématique aux Etats-Unis, qu’en janvier 2018, le constructeur en avait présenté une édition limitée, baptisée Mustang Bullitt.

La mystérieuse Batmobile de la série TV Batman

Les Batmobiles, ces fidèles bolides sophistiqués du justicier masqué ! Le premier véhicule de Batman (1939) dans le comics, était une Sedan rouge. En janvier 1940, celle-ci est remplacée par un Roadster bleu nuit. Le symbole de la chauve-souris apparaît le capot en 1941, et sont alors ajoutés de nombreux gadgets.

Les modèles suivants sont basés sur des automobiles de marques américaines des années 1930 ou 1940 :

  • la Chevrolet Corvette,
  • la Ford Mustang,
  • un véhicule militaire blindé,
  • inspiration d’une Jaguar Type-D et de la Delahaye 165,
  • d’autres sont des inventions de toute pièce en fibre de carbonne, de verre…

Mais parmi les Batmobiles les plus légendaires, celle de la série télévisuelle est la plus marquante : la Lincoln Futura. Le modèle a tourné dans la série télévisée sur Batman de William Dozier consacrée au héros DC Comics de 1966 à 1968 et dans les films qui ont suivi. L’une d’elle a été vendue pour 4,6 millions de dollars (environ 3,47 millions d’euros).

General Lee : la Dodge Charger cascadeuse de Shérif fais-moi peur

General Lee est la Dodge Charger de 1969 conduite par Bo et Luke Duke dans la série télévisée américaine Shérif, fais-moi peur (The Dukes of Hazzard). Elle est célèbre pour ses cascades spectaculaires dans la série, les films et téléfilms dérivés.

Orange, aux portes soudées, avec son chiffre 01 et son toit recouvert d’un drapeau sudiste, elle pouvait posséder 6 cylindres, des V8 et même des R/T. Près de 300 Dodge Charger furent utilisées sur les 6 ans de tournage. Aujourd’hui, il n’en reste que dix-sept. Lors du tournage du film Dukes of Hazzard (2004), 26 ans après le premier épisode de la série d’origine, 26 Dodge Charger Général Lee, datant de 1968 et 1969, furent utilisées. Une voiture ayant servi dans la série d’origine fut même amenée sur le plateau, en clin d’oeil.

L’incomparable DeLorean de film Retour Vers le Futur III

Seules 3 des 7 DeLorean DMC-12 issues de la trilogie Retour Vers le Futur (Back to the Futur III – 1990) existent toujours. Échec commercial à sa sortie, la DeLorean DMC-12 n’a été fabriquée qu’à 8 583 exemplaires. Sa production, dans une usine de Belfast en Irlande du Nord, a duré seulement trois ans, de 1981 à 1983. Ce modèle fut donc relativement rare.

Il a été customisé pour les longs-métrages et un exemplaire du film a été vendu à un collectionneur pour 584 000 dollars (environ 414 000 euros).

L’intrépide Herbie-Choupette d’Un amour de Coccinnelle

Le film Un Amour de Coccinelle (The Love Bug – 1968) réalisé par Robert Stevenson a connu plusieurs suites et remakes, au cinéma et à la télévision. On y découvrait une Volkswagen Coccinelle modèle Sedan de 1963 de couleur blanc-crème avec un toit amovible gris, arborant un numéro 53 et des bandes de couleurs bleu-blanc-rouge.

Ce modèle américain des années 1960 possède un pare-chocs à deux étages. Dix ont été utilisés dans le film principalement pour les cascades. Cependant, aujourd’hui il n’en resterait plus que cinq. Le nom de la voiture « Herbie » en VO provient d’un sketch de l’acteur Buddy Hackett. Le numéro 53 a été attribué en honneur au joueur de baseball Don Drysdale.

La Ford Interceptor de Mad Max

L’Interceptor de Max Rockatansky (interprété par Mel Gibson) dans les films Mad Max (1979) et Mad Max 2 (1981) est une Ford Falcon XB GT Coupé (1973) très modifiée.

Avec un moteur V8, la Falcon de Mad Max arbore un énorme compresseur qui ressort du capot avant. Dans Mad Max 2, elle récupère deux réservoirs de carburant supplémentaires de 90 litres chacun, des explosifs et de nombreuses caches d’armesnce. Dans le troisième épisode, Mad Max Fury Road (2015), l’Interceptor refait son apparition brièvement avant d’être détruite et transformée en machine de guerre.

L’indétrônable Toyota Supra RZ de Fast & Furious

La Toyota Supra modifiée conduite par l’acteur Paul Walker, jouant Brian O’Conner dans la série Fast & Furious, a été construite par les équipes d’Eddie Paul, du Shark Shop basé à El Segundo en Californie, aux Etats-Unis.

Durant la course finale du premier film, elle fait face à la Dodge Charger 1970 de Dominic Toretto (Vin Diesel).

Avec sa peinture Lamborghini DiablCandy orange, elle est équipée d’un moteur Twin Turbo 2JZ-GTE, d’un kit carrosserie Bomex et un double Wet-Shot nitreux-Engage. Elle possède en outre, avec des ailes APR et un immense aileron arrière, un volant Sparco et des jantes alliages DAZZ, montées sur des pneus Yokohama, une boîte manuelle à cinq vitesses, un arceau de sécurité, et deux bouteilles d’oxyde nitreux (plus connu sous le nom de système NOS) Holley Performance à l’arrière.

La flamboyante Ferrari rouge 308 GTS de Magnum

La série Magnum aura compté 162 épisodes et aura mis en vedette une Ferrari 308 GTS. Ce coupé 2 places a été produit dans les usines Ferrari entre 1975 et 1985 et possède un moteur V8 2.9 de 235ch, associé à une boîte de vitesses manuelle à 5 rapports.

Conduite par l’acteur Tom Selleck, elle a autant participé au succès de la série que l’acteur. Le générique fait d’ailleur office de parfait film publicitaire pour le constructeur italien. Au fil des saisons la 308 gts a évolué, passant de la version 308 GTS, à la 308 GTS i (1980) puis à la 308 GTSi QV (quattrovalvole – 1984).

L’innoubliable Ford Gran Torino dans Starsky et Hutch

Michael Glaser, David Soul et la Ford Gran Torino à bande blanche sur fond rouge, les trois figures de la série culte Starsky et Hutch. La Gran Torino du film y a gagné ses galons, validés par Clint Eastwood et son Gran Torino (2009).

Produite par Ford pour le marché nord-américain entre 1968 et 1976, la Gran Torino est un dérivé de la familiale Ford Fairlane. En 1972, Ford hiérarchise sa gamme et sépare les modèles de base “Torino” des modèles haut de gamme “Gran Torino”. Le constructeur fini par troquer le V6 pour un V8, la transformant en symbole des voitures américaines des années 70.

Cette Ford Gran Torino de Starsky et Hutch, à la peinture spéciale, aura été produite à une dizaine d’exemplaires pour les deux saisons de la série. Deux ont été revendues après la dernière saison à un particulier. Ford surfant sur le succès de la série, a produit également 1000 exemplaires en réplique.

La rapide Porsche 917 K du film Le Mans

La Porsche 917 K du film Le Mans (1971), pilotée par Steve McQueen, a été vendue pour 14,08 millions de dollars (12 millions d’euros) à une vente aux enchères.

Le film présentait l’histoire d’un pilote qui disputait les 24 Heures du Mans au volant du bolide. Bleue ciel et orange, la Porsche 917 K est le modèle qui a remporté les 24 heures du Mans en 1970, qui établi le record chronométrique du circuit lors des essais libres de la même année dans les mains de Brian Redman.

Elue en 2009 « voiture de compétition du siècle » par le magazine britannique Motor Sport, elle a conquis le coeur du pilote Jo Siffert qui s’en est acheté une en 1970. La même année, sollicité par l’équipe du tournage du film Le Mans, avec Steve McQueen dans le rôle principal, il la loue pour le tournage. Elle sera la star du film, l’une des trois Porshes conduites par l’acteur et une voiture caméra.

La voiture magique de Chitty Chitty Bang Bang

Pour le tournage du film fantastique Chitty Chitty Bang Bang : The Magical Car (1968) de Ken Hughes, 6 voitures ont été nécessaires (une transformable, aéroglissante, volante…). Dick Van Dyke y joue un inventeur excentrique qui emmène ses enfants dans l’aventure d’une vie.

Utilisés dans pour le film et la campagne publicitaire, elle a été vendue aux enchères pour 805 000$ (740 000 euros environ) à un anonyme. Elle a été conçu par Ken Adam (décorateur sur James Bond) et le sculpteur Frederick Emett. Avec sa conduite à gauche, elle fut produite par Alan Mann Racing. Elle est propulsée par un moteur de Ford V6 de trois litres et possède le tableau de bord d’un avion de chasse britannique de la Première Guerre mondiale.

L’intelligente KITT de K 2000 !

KITT (Knight Industries Two Thousand), la voiture conduite par Michael Knight (David Hasselhoff) dans la série télévisée K2000 (Knight Rider – 1982) n’existe plus qu’en 5 exemplaires sur les 20 créés initialement.

Le modèle Pontiac Firebird fut fabriquée de 1982 à 1992 à 840 000 exemplaires.

KITT, la Pontiac Firebird Trans Am 1982 est animée par un V8 de 5,7 litres associé à une boîte automatique à 4 vitesses, gourmande en carburant et bruyante à l’accélération. Elle est dotée d’un ordinateur de bord artificiel intelligent et munie de fonctions avancées, notamment le « Turbo boost ». Elle sera remplacée par la suite par une Dodge Stealth 1991, puis une Ford Shelby GT 500 KR et enfin par une Pontiac Firebird Trans Am 1982 de 3e génération.

Et pour toi, quelles sont les voitures qui ont le plus marqué nos écrans ?

About Author

Ida Gonthier

Leave A Reply