[Critique] Underworld : Blood Wars sans trop de risques

Ça fait maintenant 14 ans que Kate Beckinsale se promène dans son pantalon en cuir ultra-moulé et si elle ne prend pas une ride (ou presque), la saga, elle, commence à sentir un peu le soufre. Mais on se rassure, Underworld : Blood Wars n’a pas encore rendu les armes.

Pas franchement immortelle. Contrairement à ses vampires, la franchise subit les effets du temps : le rendu visuel des Lycans fait désormais doucement rire et le pauvre jeu de Beckinsale la rapproche dangereusement du point de non retour, aussi appelé « Point Milla Jovovich ». D’ailleurs la saga partage avec Resident Evil ce goût ridicule du dénis de l’épisode précédent. Sinon, rien de nouveau à se mettre sous les crocs, on prend les mêmes et on recommence, les mèches blondes en plus.

Rester fidèle. Mais finalement est-ce qu’on s’attendait à autre chose ? Ce cinquième épisode demeure dans l’esprit de ses aînés, avec un certain retour aux sources. Ici on s’étripe joyeusement dans des châteaux gothiques et on participe à des soirées à faire pâlir Christian Grey, organisées par une Lara Pulver vampirisante. Certes Underworld : Blood Wars fait preuve d’un certain kitsch, mais il a encore du mordant ! Et puis c’est toujours plus mieux que Twilight non ?

Underworld : Blood Wars sort le 15 février 2017

Avis

6 Toujours là malgré les années
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

3 commentaires

  1. Avatar

    Dernier opus de la saga underworld minable. Scènes d’actions avec chinoiseries ridicules. Scénario pitoyable. Le réalisateur a vraiment saloper la saga.

Leave A Reply