[Critique] On l’appelle Jeeg Robot et ce n’est pas un super-héros ordinaire

Il faut l’avouer, on craignait un peu ce Jeeg Robot, film de super-héros made in Italy et son côté un peu cheap. Mais ce n’est pas parce qu’on a pas le budget qu’on n’a pas de ressources !

Décalé. Quitte à ne pas pouvoir jouer dans la cour des grands, Jeeg Robot décide de mettre ses défauts en valeur. Son « héros » se réveille dans un petit voleur, accro à la Danette et au porno, sa princesse en détresse a quatre ans d’âge mental et son méchant copie le Joker version Suicide Squad. Rien de reluisant et c’est bien là tout le charme d’un film peuplé de loosers, jouant la carte du ridicule gentillet avec ce qu’il faut de gore pour éviter le public familial fan de Marvel.

Attendu. Et si le caractère proche d’une production Asylum du long-métrage a de quoi faire sourire, on pardonne beaucoup moins une trame narrative sans aucune originalité. Le scénario se montre cousu de fils blancs, Jeeg Robot se cognant tous les passages obligés d’un cahier des charges périmé depuis des années. Il devient ainsi victime des codes qu’il a justement cherché à détourner.

On l’appelle Jeeg Robot sort le 3 mai 2017

Avis

6 S'en sort par sa prise de risque
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply