[Critique] Noma au Japon : un documentaire savoureux et acidulé

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les champignons, les crevettes, les kiwis ou les ignames, Noma au Japon nous met immédiatement l’eau à la bouche. Filmé comme une véritable fiction, le documentaire de Maurice Dekkers sur l’un des meilleurs chefs au monde se révèle réellement prenant. Une fois qu’on y a gouté, impossible de s’en détacher !

C’est beau et c’est bon ! Comme pour respecter l’esthétique très appuyée des plats de René Redzepi, le réalisateur a choisi une photographie très belle et épurée. Il y a une véritable volonté de soigner l’image, de rendre un visuel propre, joli et sans fioritures. L’univers de la cuisine étoilée est très précis et minutieux. Le détail est primordial et c’est ce qu’on retrouve dans la forme de Noma au Japon. La caméra apporte un intérêt particulier à chaque étape de la recherche, à chaque ingrédient et à chaque chef.

Un charisme déconcertant. Tous les personnages du documentaire ne sont pas acteurs, mais cuisiniers. Pourtant, il se dégage d’eux un naturel vraiment surprenant, à croire qu’ils ont fait ça toute leur vie ! René Redzepi est particulièrement irrésistible. Il maîtrise la punchline comme personne et possède un potentiel comique extrêmement prometteur. Doté d’un caractère très spécial, il crève l’écran et on ne peut que se laisser séduire.

Noma au japon sort le 26 avril 2017 dans les salles.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.