Critique Game Night : jouer sans simuler

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

On attendait Game Night pour son duo inédit Jason BatemanRachel McAdams. On le craignait par peur d’y voir un énième « film de soirée » à l’américaine avec des blagues bien grasses et scatophiles. On s’est inquiétés pour rien.

Un duo solide à la barre. La première réussite du long-métrage est à mettre au crédit des deux réalisateurs Jonathan Goldstein et John Francis Daley (Vive les vacances) qui ne manquent pas d’idées pour dynamiser leur comédie. Travelling, plan-séquence, utilisation de maquettes… les cinéastes jouent avec leur sujet de la première à la dernière minute. Ils réussissent même l’exercice le plus compliqué au montage en laissant respirer les blagues et situations grotesques, sachant continuer ou s’arrêter quand il le faut.

Des duos solides devant la caméra. Quel plaisir de voir Rachel McAdams s’éclater ainsi, surtout en tandem avec l’habitué du genre Jason Bateman. Le couple fonctionne très bien, tout comme l’ensemble des seconds rôles où chaque paire apporte son petit truc au film. Si on omet le surplus inutile de références à la pop culture, Game Night mène très bien son jeu, sans nous faire rire aux éclats, mais avec de quoi nous faire sourire tout au long de la partie.

Game Night sort le 18 avril 2018

Avis

7.5 Plaisir de jouer
  • User Ratings (0 Votes) 0
Share.

About Author

Avatar

Leave A Reply