Critique Edmond : heureuse (re)création

0

L’adaptation sur grand écran d’une pièce de théâtre est toujours un challenge et à Edmond de montrer qu’il a eu le nez long.

Grand est le défi que d’adapter une pièce à succès sur le grand écran, d’autant plus quand l’oeuvre d’origine est un pétillant champagne exquis sous toutes les coutures. Alexis Michalik tente le pari à l’occasion de sa première incursion dans le septième art avec Edmond et sa retranscription délirante de la création de Cyrano de Bergerac par Edmond Ronstand. Pour le meilleur?

Avec une certaine aisance, Michalik réussit son défi et signe une adaptation qui retrouve l’énergie virevoltante et l’innocence joyeuse de la création d’origine. Il évite de sombrer de trop dans l’art du théâtre filmé par le biais d’une mise en scène assez élégante, multipliant mouvements d’appareils et quelques décrochages oniriques. Rien qui révolutionne le cinéma donc, mais un socle souple pour donner de l’élan à l’ensemble.

Critique Edmond : heureuse (re)création
© Gaumont Distribution

Nouveau casting, heureuse nouvelle pour Edmond ?

L’autre danger réside dans le changement d’interprètes, tous impeccables dans la distribution d’origine. Il ne faut guère longtemps pour céder au charme de Thomas Solivérès, dont la fragilité et la jeunesse collent comme un gant à la maladresse d’Edmond. Face à lui, Olivier Gourmet fait une fois de plus des merveilles, laissant espérer qu’un jour il chausse en intégrale la tenue de Cyrano. Le reste de la distribution est à l’avenant, avec une mention spéciale à Mathilde Seigner, qu’on a rarement vu aussi juste qu’ici.

Rajoutez-y une reconstitution aux petits oignons et un soupçon d’émotion, et vous obtenez une (ré)création une fois de plus accomplie pour Michalik, décidément épatant.

Edmond sort le 09 janvier 2019 dans les salles françaises.

Advertisement
(Visited 1 times, 1 visits today)

Avis

7.5 Réussi
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.