[Critique DVD] Le Coeur Régulier, le tic-tac de l’ennui

0
Share Button

NDLR : Retrouvez notre test de l’image, du son et des bonus sous la vidéo !

Il y a dans ce monde des falaises d’où l’on se jette. Au Japon, ces lieux de triste mémoire répondent au nom de Tôjinbô. Alice, incarnée avec retenue par Isabelle Carré, va en faire la découverte lorsqu’elle constate que son frère décédé était venu y faire un tour. Inutile de se montrer véhément à mon égard si vous vous êtes fait voler l’essentiel du Coeur Régulier, deuxième long-métrage de la belge Vanja d’Alcantara. C’est au film qu’il faut faire des reproches.

Une écriture tout juste surprenante. Dès le long prologue de ce périple en territoire zen, on devine les coutures de cette histoire avec une aisance embarrassante. On craint le pensum à la gloire d’un Japon fantasmé jusqu’à l’arrivée sur le territoire. Là, le film à l’élégance de ne pas céder au discours pompeux sur la gloire de vivre. Problème ? Il ne propose rien d’autre.

Un seul ton, celui de la détresse. Sous le prétexte d’épouser le tourment de son personnage et des lieux environnants, la réalisatrice fige sa mise en scène dans une solennité plombante. Au lieu de ressentir les émotions, on les regarde filer au gré du vent, alors que le film ne fait montre d’aucune tentative d’alléger l’ensemble. On reste bien embêté devant ce qui reste comme une œuvre de bon élève d’où rien ne dépasse.

Le Coeur Régulier sort le 07 Septembre en DVD & VOD.

Pour aller + loin

(Visited 28 times, 1 visits today)

Avis

6.5 L'ennui du zen

Bénéficiant du travail fort élégant du chef opérateur Ruben Impens (Alabama Monroe, Belgica ...), Le Coeur Régulier assurait quelques défis de retranscription à un master DVD. On peut se réjouir de voir que le résultat est solide et lumineux. Quelques effets d'escalier sont présents sur certains matériaux à l'écran (comme les fils d'électricité) mais globalement c'est plaisant a regarder. La piste sonore en DTS 5.1 est elle aussi robuste, faisant sentir le poids du vent avec précision.

Les bonus donc. Le premier entretien disponible se fait avec Yukio Shige, sauveur de gens en détresse qu'incarne Jun Kunimura à l'écran. Ses propos sont relativement intéressants, ce qui rend le montage d'autant plus agaçant. Il est énervant d'avoir chaque question entrecoupée par un extrait de 30 secondes d'un film que le spectateur vient à peine de voir.

Le deuxième bonus est un extrait d'une émission à la tonalité promotionnelle, donnée à TV5 Monde. La pauvre Isabelle Carré n'a que très peu la latitude de s'exprimer, régulièrement coupée par un présentateur qui paraphrase régulièrement ses propos.

Enfin, joie de découvrir un court-métrage de la réalisatrice. Pour tout cinéphile, ce genre de bonus est une mine d'or, tant les premiers projets en format court révèlent souvent plus sur les cinéastes qu'une longue interview.

  • Film 4
  • Image 8
  • Son 8
  • Bonus 6
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !