[Sortie Blu-ray] Knightriders : guide de survie en territoire non zombie

0

Ed Harris qui chevauche une moto habillé comme le Roi Arthur. Si rien qu’avec ça, Knightriders n’attire pas votre curiosité, on ne peut plus rien faire pour vous. Ajoutons que le film est réalisé par le maître des zombies George A. Romero et que c’est peut-être l’un de ses meilleurs.

Miroir cruel. Il y a toujours eu chez Romero ce pessimisme d’assister à la destruction d’un monde sans pouvoir s’en protéger éternellement. Dans Knightriders, on retrouve ainsi ses marginaux, vivant comme à l’époque de la Table ronde, se donnant en spectacle devant une société capitaliste moqueuse. Une entrée en matière ridicule, preuve de l’échec de l’idéalisme face à au rationalisme. Tout le talent du réalisateur va être alors de confronter ces deux modes de pensée et trouver l’étincelle optimiste qui rallumera la flamme.

Dualité. Et c’est dans ce face-à-face constant que le métrage trouve sa force. Le scénario se construit ainsi sur les épreuves que doivent affronter ces chevaliers d’un autre genre. Comment vivre dans le passé et survivre au futur ? Le nouveau monde n’aura de cesse d’essayer de corrompre l’ancien, non sans un certain succès. Mais qu’importe les embûches, Knightriders nous pousse à croire en un idéal, aussi fou soit-il.

Knightriders est sorti en DVD et Blu-ray le 1er décembre 2017.

Advertisement
(Visited 69 times, 3 visits today)

Avis

8 Vive le roi

Interactivité :
Entretiens avec George A. Romero :
- À propos de Knightriders (17 min)
- Rétrospective (30 min) - inédit
- Romero et King (15 min) - inédit
King Arthur in America (18 min), entretien avec William Blanc, historien, par Julie Pilorget, historienne médiéviste
Camelot is a State of Mind (20 min), Entretien avec Julien Sévéon, auteur du livre George A. Romero : Révolutions, zombies et compagnie
Bandes-annonces

  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Réagissez !