[Critique] Into the deep, Blue Jasmine

Woody Allen était attendu au tournant. En effet, après avoir signé plusieurs comédies, le voilà de retour au genre dramatique avec Blue Jasmine, dans lequel nous découvrons une Cate Blanchett complètement instable et fauchée qui se retrouve obligée d’aller vivre chez sa sœur. Cette riche femme au foyer, coupée des difficultés de la réalité, subit un changement radical, l’entrainant elle et sa sœur dans une tourmente émotionnelle.

Woody a subi les foudres des critiques ces dernières années, mais il remonte en selle grâce à l’histoire touchante de ces deux femmes perdues. Si les bases du scénario et des personnages sont assez caricaturales, le ton du film comme celui des protagonistes sonnent juste. L’originalité et la qualité du film résident dans son écriture subtile, narrant avec humilité un récit simplement émouvant, sans porter aucun jugement.

Encore une fois, Cate Blanchett est au sommet de son art, incarnant Jasmine avec finesse et talent, effaçant gentiment Monsieur Allen derrière sa caméra seulement. En effet, une seule névrosée à l’écran, cela suffit amplement.

Blue Jasmine est sorti le 25 septembre 2013 au cinéma

Article écrit par Cécile Ravidat.

Avis

8,5 A voir !
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply