[Critique] Le doux chant du Promeneur d’oiseau

À la fois poétique, touchant et visuellement sublime, Le Promeneur d’oiseau nous conte le voyage d’un vieil homme et de sa petite fille gâtée, depuis Pékin vers son village natal de Yangshuo dans le Guangxi, au sud de la Chine. Il ramène sur la tombe de sa femme son oiseau chanteur, pour le libérer après 18 ans de compagnie.

Les deux protagonistes y évoluent, emmenant le spectateur dans une mélodie de décors, jouant sur les contrastes ville/campagne. Philippe Muyl (La Vache et le Président…) offre aux spectateurs de magnifiques paysages : arbres millénaires, forêt de bambous, cités où dominent l’électricité et le verre…

Dans un sonnet parfait, les acteurs offent des personnages attachants résonnant de paire avec leurs environnements. Sans fausses notes Le Promeneur d’oiseau déploie ses images et dans un souffle nous laisse fasciné à la sortie de la salle.

Le Promeneur d’oiseau est sorti le 7 mai 2014.

Avis

10 Parfait
  • User Ratings (1 Votes) 9

About Author

Ida Gonthier

Leave A Reply