Critique BoJack Horseman Saison 6 partie 1 : un cheval devenu discret ?

Avant dernier tour de piste pour le cheval de Netflix. Pour cette première partie, BoJack Horseman s’offre un retour discret.

Nous l’avons déjà exprimé pendant nos précédentes critiques : notre amour pour les épisodes spéciaux sortant des schémas classiques. Ici encore pour ce début de saison 6, les scénaristes de BoJack Horseman nous offrent deux épisodes inoubliables (le 2 et le 4). Tant est si bien réussis que les autres plus banals nous semblent insipides… Nous ne pouvons finalement que nous blâmer nous-mêmes de placer la barre trop haut…

Critique BoJack Horseman Saison 6 Partie 1 : un cheval devenu discret ?
©Netflix

Le deuxième épisode nous plonge au cœur de la vie de Princess Carolyn subissant des pressions de toute part et ne sachant plus ou donner de la tête. Elle doit littéralement se démultiplier pour être à la fois une mère, une femme et une agent dans un monde où il est encore compliqué de prendre une pause dans sa carrière pour la naissance de son enfant. Continuant dans sa droite lignée, BoJack Horseman dénonce les inégalités persistantes que subissent encore les femmes et en particulier les femmes dans le milieu hollywoodien. Bref, il reste du chemin à parcourir et nous ne pouvons qu’une nouvelle fois saluer l’engagement de ce show subversif.

Tout va bien ?

Mais ce n’est bien sûr pas le seul engagement qui retient notre attention. Depuis ses débuts, la série se plait à critiquer notre société usant de scènes absurdes et de personnages loufoques pour nous offrir des séquences tantôt drôles, tantôt malaisantes (voire les deux) et ainsi nous rappeler que nous vivons une drôle d’époque. Le pari est une fois de plus réussi à travers la fiancée de Mr. Peanutbutter accro aux réseaux sociaux ou à travers les assistants de Los Angeles se battant pour de meilleures conditions de travail.

Critique BoJack Horseman Saison 6 Partie 1 : un cheval devenu discret ?
©Netflix

Malheureusement, si la série continue de nous impressionner, un personnage manque à l’appel. BoJack Horseman est en mode pause dans son centre de désintox. Il n’est plus le cheval qu’il était, tant mieux pour lui, mais moins pour le spectateur. Que l’on soit bien clair, nous ne souhaitons que son bonheur. A la simple condition qu’il ne perde pas son mordant. Et c’est là que ça coince, BoJack semble effacé au cours de cette première partie de saison, mais nous avons bon espoir, qu’avec le cliffhanger final, les scénaristes se ressaisissent pour la seconde partie.

La partie 1 de la saison 6 de BoJack Horseman est disponible sur Netflix. Rendez-vous le 31 janvier pour la partie 2.

Avis

7,5 Encouragements !
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Marie

Leave A Reply