[Critique Blu-Ray] Revenger, où sont les femmes ?

On savait depuis longtemps que le vieux briscard qu’on affectionnait tant, Walter Hill, n’est plus au meilleur de sa forme. Avec Revenger, projet de longue date au pitch concept délirant, voilà qu’il prouve que l’ennui l’a gagné. Comment parvenir à rendre aussi pâle l’histoire d’un tueur à gages victime d’un changement de sexe par un chirurgien sadique et cultivé ? On se le demande encore.

Le premier degré assassine. On imagine mal comment l’auteur a pu penser se prendre autant au sérieux avec un point de départ aussi branque. L’arnaque tient dans la place accordée à Sigourney Weaver et à ses monologues interminables. L’actrice restreint Michelle Rodriguez à une place fantomatique. Le parcours de cette dernière coche en sus sans vergogne les cases du petit manuel du polar noir factice et cousu de fil de blanc.

Fuir l’audace à tout prix. Le vrai souci de Revenger vient de son envie de fuir à tout prix les problématiques inhérentes à son concept. Les troubles issus du changement de sexe sont évacués jusqu’à l’absurde, notamment à travers une relation lesbienne d’une platitude purement hétérosexuelle. Ne sachant comment stimuler la série B, Walter Hill produit une petite œuvre sans saveur ni relief.

Revenger est une sortie e-cinema, disponible en VOD, Blu-Ray et DVD.

About Author

Avatar

Leave A Reply