[Critique Blu-ray] 13 Hours : Michael Bay Strike Back

0

Avec 13 Hours , Michael Bay délaisse un temps les Transformers et les explosions (enfin presque) pour partir en guerre façon « La chute du faucon noir », la finesse en moins (faut pas abuser). C’est sale, c’est bruyant et c’est comme ça qu’on l’aime !

Déluge de plombs. Il aura beau essayer de nous vendre un scénario

Ce contenu premium est limité aux abonnés uniquement

Ce contenu est actuellement réservé aux abonnés

Débloquez ce contenu avec Multipass
(Visited 224 times, 1 visits today)

Avis

8.3 "La guerre, c'est fantastique !" Hot Shot! 2

Gros gros soin apporté au blu-ray : l'image respecte bien les tons sombres du film sans en perdre en visibilité et le son des balles qui sifflent est de toute beauté.

D'autant qu'ici, les bonus ont droit à leur propre galette perso (c'est pour nous c'est cadeau). Il faut dire qu'on a plus d'1 heure à se mettre sous la dent. Commençons par la base : un making-of de près de 30 minutes à la gloire de Michael Bay et au souci de réalisme intrinsèque à 13 Hours. Car il ne faut pas l'oublier : le film se base sur une histoire vraie et c'est bien aux hommes qui étaient à Benghazi que les bonus veulent rendre hommage. On pourrait presque compiler le tout et en faire un documentaire qui n'en serait pas moins intéressant. Nous avons donc : une featurette de 8 minutes, images d'archives à l'appui, revenant sur les événements. Puis 30 minutes auprès de trois membres de l'équipe de l'époque évoquent leurs souvenirs, donnent des conseils tout en visitant les plateaux, bref, restent au plus près de la production de 13 Hours. Puis on les découvre lors de l'avant-première (plutôt incroyable) en plein milieu d'un stade au Texas. Enfin, dans une ultime featurette, un hommage est rendu à leurs équipiers décédés cette nuit-là.

  • Le film 7.5
  • Bande-son 9
  • Image 9
  • Bonus 7.5
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Réagissez !