[Critique] Arrête ton cinéma trop complaisant

Avec Arrête ton cinéma, Diane Kurys adapte le roman de sa tête d’affiche Sylvie Testud qui elle-même s’inspire de sa vie : celle d’une actrice cherchant à monter son film et tombant sur un duo de productrices complètement barrées.

De la même manière que la série Dix pour cent, le long-métrage tend à nous dévoiler les coulisses d’un film bien avant son arrivée en salles. Arrête ton cinéma pétille, charme et on rigole de bon cœur devant ce trio dysfonctionnel complètement barré. Mention spéciale à Josiane Balasko et Zabou Breitman qui prennent un malin plaisir à forcer le trait, à la limite de la caricature.

De l’aveu de la réalisatrice elle-même, Arrête ton cinéma ne cherche qu’à faire rire. Certes il y réussit, mais on regrette un ton davantage mordant, dénonciateur face à la réalité du métier. Dans le but de plaire au plus grand nombre, le long-métrage en oublie d’être réellement incisif, assez pour marquer les esprits au-delà du visionnage.

Arrête ton cinéma sort le 13 janvier 2016 en salles

Avis

6,5 Drôle sans aller plus loin
  • User Ratings (1 Votes) 1.4

About Author

Avatar

Leave A Reply