Cannes 2019 – Critique The Gangster, The Cop, The Devil : le plaisir coupable du Festival

C’est devenu une tradition : il y a toujours un film coréen présenté en séance de minuit au Festival de Cannes. Joie.

The Gangster, The Cop, The Devil est un thriller réalisé par Lee Won-tae dans lequel un chef de gang s’associe avec un policier atypique pour capturer (pour ce dernier) ou tuer (pour ce premier) un tueur en série.

Cannes 2019 - Critique The Gangster, The Cop, The Devil : le plaisir coupable du Festival

Peu délicat mais jouissif.

On ne peut pas dire que ce long-métrage est subtil… Par contre, il sait se montrer extrêmement divertissant en grande partie grâce son scénario astucieux, sa réalisation efficace mais aussi (et surtout) pour la performance de l’incroyable Ma Dong-seok (Dernier train pour Busan), qui avec son personnage de gangster trouve un rôle physique, jouissif, tout en férocité, qui lui va comme un gant.

Cannes 2019 - Critique The Gangster, The Cop, The Devil : le plaisir coupable du Festival

Morale discutable… Qu’importe.

Ce plaidoyer pour la peine de mort peut hérisser quelques cheveux. On peut également se demander en quoi il y a une distinction entre le Diable et le Gangster, ce dernier tuant peut-être plus de monde que ce premier. Pour autant, le film ne prétendant pas révolutionner quoique ce soit et ne cherchant qu’à être un divertissement efficace, on lui pardonne ces réflexions douteuses. Qu’est-ce qu’on ferait pas pour le plaisir de voir Ma Dong-seok fracasser un homme avec une porte….

The Gangster, The Cop, the Devil est présenté hors-compétition au Festival de Cannes 2019.

Avis

7 Pas mal !
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Nicolas Diolez

Leave A Reply