[Critique] Triple 9 : braquage moderne à l’ancienne

Triple 9 a su se faire plutôt discret avant de monter en puissance, provoquant une hype autour de ce film de braquage au casting neuf étoiles. Un engouement pleinement mérité tant l’œuvre de John Hillcoat dynamite le genre sans le refonder.

Avec du beau monde devant la caméra (même si certains ne font que passer, coucou Gal Gadot), le réalisateur de La Route signe un thriller âpre, tendu et prenant jusqu’au bout sans pour autant en rajouter des tonnes à la mise en scène. Une efficacité déguisée en fausse simplicité où la lenteur de certaines séquences n’en rendent que plus brutales les autres. On se croirait presque dans un Michael Mann à l’ancienne.

Hillcoat peut compter sur le scénario Matt Cook pour donner de l’épaisseur à l’ensemble. Triple 9 peint une galerie de gueules cassées, chacun obligé de vivre avec ses propres démons. Ici, la frontière entre le bien et le mal n’existe pas et il n’y a aucune place pour les héros. Un polar noir à la dur comme on les aime.

Triple 9 sort le 16 mars 2016

Avis

8 Noir c'est noir, il y a encore de l'espoir
  • User Ratings (1 Votes) 2.2

About Author

Avatar

Leave A Reply