[Critique] Snoopy et les Peanuts (et tous les autres)

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La plume de Charles M. Schulz observait l’enfance d’un œil caustique et tendre. Son adaptation par les studios Blue Sky la passe à la moulinette de l’animation enfantine avec plus ou moins d’adresse et une sincérité un peu fabriquée. On y perd au change ce que les plus petits y gagneront en séduction. Car Snoopy et les Peanuts est un film charmant.

C’est même le plus chatoyant du studio Blue Sky, qui n’a jamais vraiment brillé par son originalité. Ici, l’esthétique du projet est assez unique, à la fois respectueuse des traits irréguliers de Schulz et pétillante d’une 3D très soignée. Un délice visuel qui se double d’une galerie de personnages éminemment touchante, en tête duquel Charlie Brown règne en maître, émouvant de sa maladresse universelle.

L’enfance est une période difficile, Vice Versa s’était évertué à nous le rappeler. Moins subtil, Snoopy surligne ses jolies valeurs humaines à coups de dialogues inoffensifs et d’un fidèle compagnon canin aux péripéties spectaculaires mais dispensables. Rien qui ne doit empêcher un papa d’emmener son gamin voir cette pelloche animée attachante, à condition qu’il n’oublie pas le bout de chou, principal intéressé.

Snoopy & les Peanuts sort le 23 décembre 2015 en salles et retrouvez notre rencontre avec les créateurs ici

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.