Critique Drifting Dragons T.1 : céleste aventure

Dans Drifting Dragons, on zigouille du dragon non pas car ils représentent un danger, mais pour les cuisiner à la Maïté !

Drifting Dragons, de Taku Kuwabara, nous embarque à bord du Quin Zaza, l’un des derniers dirigeables chasseurs de dragons. Composé d’un équipage venant de tous horizons, il sillonne les cieux en quête de ces monstres majestueux. Ce manga, édité chez nous par Pika, suit toujours son cours avec 8 volumes au Japon et dispose d’une adaptation animée.

Appel d’air

Le ciel comme terrain de jeu, Drifting Dragons dépayse et plonge dans un univers steampunk dense. Il promet une épopée aux forts accents de liberté aux côtés d’une équipe attachante. Il propose par ailleurs quelques recettes carnées alléchantes (pour les non végétariens ou vegans) au détour des chapitres.

Les fameux dragons chassés se montrent plus originaux que celui figurant sur la couverture. Les quelques spécimens aperçus revêtent des airs d’antiques monstres marins sublimés par des dessins raffinés. Et l’absence de dénomination précise de ces géants ajoute une captivante touche de mystique.

Critique Drifting Dragons T.1 : céleste aventure
© Taku Kuwabara / Pika Edition

Drifting Dragons, destination inconnue

Le Quin Zaza sillonne les cieux en vitesse de croisière lors de ce premier volume. Bien que l’auteur prenne le temps de présenter les personnages, une certaine lenteur se fait ressentir. Il se déroule peu chose, nous nous trouvons loin du rythme soutenu de grands seinens comme L’attaque des Titans. Le Quin Zaza nous réserve-t-il des péripéties à couper le souffle ou juste une routine répétitive ? Le dragonnier erre plus que poursuit un objectif précis, même si Mika souhaite à tout prix abattre le légendaire Dragon brillant… car il doit être bien bon !

En 2020, la mobilisation pour les droits des animaux croissant significativement, l’amour pour les dragons de Mika suscite le questionnement. Ce dernier affirme aimer les dragons et dans le même temps les abat pour les transformer en steaks goûteux… évidemment par amour. Takita et Vany, quant à elles, ressentent quelque malaise à tuer gratuitement des êtres inoffensifs. Drifting Dragons se penchera alors sur le dense sujet de l’éthique animale.

Atypique croisière

Les dragons, déjà déclinés à toutes les sauces, continuent malgré tout de fasciner. L’intrigue de Drifting Dragons repose uniquement sur une équipe zigouillant dragon sur dragon, mais impossible de résister à l’appel de l’air. Les finalités de cette aventure restent toutefois très floues et parfois contestables, le sentiment d’errance suffit au départ mais ne saurait porter l’intrigue sur plusieurs volumes.

Le volume 1 de Drifting Dragons est paru le 4 mars 2020 aux éditions Pika.

Clem Mp

Critique Drifting Dragons T.1 : céleste aventure
© Taku Kuwabara / Pika Edition

Avis

7 Ambitieux
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Clem MP

Tout ce que l'on sait de ce mystérieux individu, c'est qu'il se nourrit quasi-exclusivement de productions nippones et de musique. L'exploration de ces deux genres lui a valu mille émerveillements de la pop commerciale au rap métal, du shonen aux fantasy les plus délirants. Mais aussi de nombreuses souffrances, c'est ça l'amour après tout…

Leave A Reply