[Critique] La couleur de la victoire, Jesse Owens contre le monde

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans les années 30, il était ni facile d’être un homme noir aux États-Unis, ni d’être un juif en Allemagne. Dans ce monde raciste et xénophobe – ce qui a beaucoup changé, n’est-ce pas ? – l’athlète américain Jesse Owens a transpercé ces haines par la force de l’esprit olympique. La couleur de la victoire en est le récit.

Le biopic est très académique dans sa construction. Des débuts jusqu’à la consécration du champion, la narration se garde bien de tenter quoique ce soit de novatrice. L’important pour le réalisateur Stephen Hopkins, c’est de mettre en avant l’incroyable performance de ce coureur au milieu d’un monde de fous. D’ailleurs le titre anglais (Race) souligne parfaitement le parallèle.

Tout comme le film, les acteurs – Stephan James (Owens) en tête – livrent une prestation particulièrement juste. On prend également plaisir à découvrir de fascinants personnages de l’époque comme la réalisatrice Leni Riefenstahl (Carice Van Houten), immense cinéaste au service de la propagande Nazi. Du beau biopic : propre, classique et bien.

La couleur de la victoire sort le 27 juillet 2016.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.