Critique Black Shadow T.1 : dans l’ombre des grands

À la croisée de Naruto, Black Clover et Harry Potter, Black Shadow emprunte à de nombreuses oeuvres emblématiques de la pop culture.

Premier manga de Takuya Nakao, le shonen Black Shadow relate les aventures de Junk (pouvant se traduire par… déchet) grandissant dans l’ombre de son illustre père. Mais, un terrible événement téléphoné le propulse sous les feux de projecteurs. Black Shadow, édité par Pika, comporte actuellement 5 volumes au Japon.

Recette de grand-mère

Prenez un chaudron, versez-y des clichés heroic-fantasy et laissez mijoter quelques heures; il en sortira un Black Shadow tout chaud ! En somme, se glissent presque à chaque page, des inspirations variées instaurant une amère sensation de déjà-vu. Nous énumérons dès lors toute la panoplie du bon petit sorcier : baguette magique, chapeaux pointus et les mythiques balais volants

Ces apories se cumulent d’un scénario prévisible et classique. Shonen oblige, le personnage principal se veut tête brûlée mais a un grand cœur; pas assez singulier pour charmer en 2020. S’agirait-il d’une volonté de l’auteur de démontrer qu’il est possible de créer une oeuvre à succès pourtant dans un cadre classique ? La puce à l’oreille est mise dès le titre constituant presque un pléonasme, sauf si vous avez déjà croisé des ombres roses…

Critique Black Shadow T.1 dans l'ombre des grands
©Takuta Nakao / Pika Edition

Tout n’est pas à jeter

Le manga propulse dès ses premières planches dans un milieu médiéval, le royaume d’Avista, régi par 12 grands paladins. Ce pouvoir hautement partagé engendre nécessairement machinations et trahisons de grandes envergures. Junk s’élance alors dans une quête d’accroissement de son pouvoir de manipulation de l’ombre pour rétablir la justice, mais surtout venger cet accident brutal. Black Shadow promet alors, malgré un cadre vu et revu, des batailles magiques épiques.

Ces affrontements surnaturels déjà présents dans ce volume introducteur prennent forme à travers des dessins énergiques et satisfaisants pour une première oeuvre.

Tableau clair-obscur

Victime d’un mauvais sort, celui de ne pas parvenir à s’émanciper de ses inspirations, ce premier tome de Black Shadow offre un rendu en demi-teinte. Ce nouveau shonen enchantera toutefois les aficionados d’univers médiévaux.

Le volume 1 de Black Shadow est sorti le 5 février 2020 aux éditions Pika.

Clem Mp

Critique Black Shadow T.1 dans l'ombre des grands
©Takuta Nakao / Pika Edition

Avis

5.5 Démarrage poussif
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Clem MP

Tout ce que l'on sait de ce mystérieux individu, c'est qu'il se nourrit quasi-exclusivement de productions nippones et de musique. L'exploration de ces deux genres lui a valu mille émerveillements de la pop commerciale au rap métal, du shonen aux fantasy les plus délirants. Mais aussi de nombreuses souffrances, c'est ça l'amour après tout…

Leave A Reply