[Test DVD] De l’autre côté du mur, intense témoignage

0

Lorsque le bout des doigts suspendu le long d’une bouche inconsciemment entrouverte, vous vous surprenez à vous laisser envoûter sur le fil d’un récit haletant, plus de doute possible. Vous voilà pris au piège d’un film conduit avec justesse et une pointe de dignité, éléments plus en voie d’extinction qu’on ne le croit et qui font de cet autre côté du mur une réussite.

Pourtant, on pourrait tiquer devant une mise en images qui nous joue la misère tremblotante, truc à la mode pour soi-disant coller au réalisme de cette histoire trop peu narrée. Celle qui voit une mère et son fils quitter l’Allemagne de l’Est pour un Ouest fantasmé où les fantômes se glissent sournoisement au détour des couloirs. Une histoire poignante et non pas misérabiliste qui réunit en une naïveté contrariée le dur désenchantement de l’Histoire.

Mais De l’autre côté du mur est aussi un film animé d’une fougue féminine, loin des clichés rabattus susceptibles de poindre. La découverte de l’actrice Jördis Triebel n’en est alors que plus stupéfiante, personnalité à la fois attachante et éreintante dans son envie d’être libre. Voilà donc, vous l’avez compris, un film à découvrir.

De l’autre côté du mur est disponible en DVD chez Blaq Out.

Advertisement
(Visited 23 times, 1 visits today)

Avis

7.3 A voir sans hésiter

Voilà un test DVD complexifié par la texture granuleuse de l’image. Afin de mieux coller à l’époque dépeinte, Christian Schwochow apporte une teinte fatiguée à la pellicule, renforcée par des couleurs blafardes et des éclairages menus. Pour autant, on pourra noter un transfert parfois hésitant et manquant un peu de solidité. Côté son en revanche, rien à redire si ce n’est l’absence de piste française. En bon puriste des versions originales, nous nous en réjouissons (rappelons que le film joue sur les oppositions de langues).

Côté bonus, il y a de quoi se réjouir. Tout d’abord, trois interviews (le réalisateur, la scénariste et l’actrice principale) qui, bien que trop courtes, se montrent fort intéressantes. Mais surtout, pour une fois que des scènes coupées constituent de précieux moments (tout l’axe fantastique sur le grand-père amnésique), on ne se privera pas de se délecter de ce chouette supplément habituellement barbant.

  • Film 8
  • Image 6
  • Son 8
  • Bonus 7
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.