[Critique] Theeb : petit loup deviendra grand

0

Le cinéma des pays du Golfe nous surprend de plus en plus. Après Wadjda, d’Haifaa al-Mansour, découvrez donc Theeb, du réalisateur jordanien Naji Abu Nowar. Un long-métrage plein de promesses nominé aux Oscars 2016.

Le loup sort de sa tanière… Et c’est ce qui fait la force du film, puisque Theeb (le « loup » dans la culture bédouine) va devoir apprendre à devenir adulte plus tôt que prévu après le décès d’un de ses proches. Et le code des bédouins va l’y pousser de la manière la plus brutale qui soit, en se confrontant à sa némésis tout en la protégeant. L’image et le message sont forts et frappent les esprits.

Les pays du Golfe, terre de toutes les promesses ? D’un point de vue cinématographique, c’est en tout cas ce que l’on peut penser. Les plans sont absolument sublimes, le long-métrage ne souffre d’aucune longueur, mais les dialogues manquent peut-être un peu de profondeur et le jeu des acteurs d’intensité. Mais pour un cinéma encore jeune, c’est plutôt réussi.

Advertisement
(Visited 135 times, 1 visits today)

Avis

7 Prometteur !
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Laurent Pradal

Journaliste aussi curieux que possible et accro au boulot, écrivain à ses heures et fans de comics Marvel. A l’espoir qu’un jour, sa plume acérée fera tomber bien des têtes. Accessoirement on l’appelle « La Cavalerie » #AgentMayFan (et il n’aime pas forcément ça).

Réagissez !