Critique The Flash saison 6 épisode 1 : Flash, king of the impossible

S’il s’était essoufflé, tout semble prouver que The Flash est revenu dans la course avec le premier épisode d’une saison 6 qui s’annonce alléchante.

Nora disparue, la team de STAR Labs va bientôt faire face à un méchant sanguinolent… Après Supergirl et la petite nouvelle Batwoman, c’est au cadet de The CW de faire sa rentrée et The Flash semble bien parti pour opérer un virage narratif intéressant, à défaut d’être spectaculaire. On verra bien de quoi il retourne, en espérant que le show sorte enfin de sa léthargie légendaire.

Critique The Flash saison 6 épisode 1 : Flash, king of the impossible
©The CW

Pourtant, le teasing d’un nouveau méchant qui n’est pas un bolide aurait tendance à nous effrayer. En effet c’est toujours lorsque The Flash poursuit un adversaire au sol que le récit prend une sacrée claque et une sérieuse baisse de rythme (encore que Savitar nous ferait mentir). Alors pour tenter de dynamiter nos craintes, c’est le ténébreux Sendhil Ramamurthy, éternel Mohinder de Heroes, qui vient prêter ses traits à Bloodwork dont on espère vivement que The CW rendra honneur à ses caractéristiques physiques proches de Venom. Espérons.

Savior of the universe

En parfait season premiere, The Flash et ses amis reprennent le boulot après des vacances ou des petits jobs d’été pour s’occuper l’esprit et se divertir des tragédies passées. De quoi nous offrir un tour d’horizon des personnages, de leurs attentes et évolutions respectives avant de replonger dans le bain supersonique. Killer Frost et Caitlin nous proposent une nouvelle intrigue à double focalisation tandis que Iris et Barry tentent de palier la perte de leur enfant en se vouant corps et âmes dans la lutte contre le crime.

Critique The Flash saison 6 épisode 1 : Flash, king of the impossible
©The CW

A ce titre, l’arrivée de Bloodwork promet d’être une nouvelle partie de poker psychologique mais on espère qu’elle le sera également visuellement, comme le laisse entendre un nouveau moteur graphique, pas révolutionnaire, mais suffisamment sympathique pour être remarqué. Ajoutez à cela de belles punchlines de Cisco et l’intégration de la chanson éponyme Flash de Queen en diégétique pour porter la résolution de l’épisode bouclé et l’épisode se regarde plutôt bien. Bref, The Flash commence bien, en espérant qu’il tienne la distance devant le gigantesque teasing de l’attendue Crisis on Infinite Earths et ne souffre pas d’une hémorragie narrative en cours de route…

La saison 6 de The Flash est actuellement diffusée sur The CW.  

Avis

7 intrigant !
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Axel PC

Entre deux passages sur le billard pour ressembler à l’arme X, ce créateur marginal allie réalisation et graphisme à l’écriture pour s’évader vers une galaxie lointaine. À l’affut de toute image mouvante, sa passion pour le cinéma et les séries ne s’estompe que pour fragguer quelques noobs.

Leave A Reply