[Critique DVD] Je vous souhaite d’être follement aimée (et nous aussi)

Pinterest LinkedIn Tumblr +

NDLR : Retrouvez le test technique et celui des bonus en bas de l’article, sous la vidéo.

Assurément, il y a une dignité qui habite Je vous souhaite d’être follement aimée, nouveau long-métrage d’Ounie Lecomte. Elle lui donne une forme humaine et respectable. Une qualité qui entre de plein pied avec le sujet du long-métrage : Elisa s’isole à Dunkerque à la recherche de sa mère biologique. Celle-ci garde le silence sur son identité véritable, alors qu’Elisa croise la route d’Annette…

En toute modestie, Ounie Lecomte se range derrière son récit, à l’exception d’un flou intrusif, témoin des surgissements de la mémoire. Grand bien lui en prend puisque que hors d’une coïncidence centrale cousue de fil blanc, le scénario constitue une étude de caractères soignée et plausible. On en vient vite à aimer les fêlures de ces êtres fragiles.

Céline Sallette et Anne Benoit forme un duo férocement attachant. Leurs regards mélancoliques, soulignée par une sublime partition musicale signée Ibrahim Maalouf, forment mêmes les plus beaux instants du film. Le bât ne blesse que sur la longueur, alors que le film ne parvient pas vraiment, dans sa dernière ligne droite, à maintenir l’intensité émotionnelle qu’il amorce avec talent.

Je vous souhaite d’être follement aimée est disponible en DVD & VOD.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.