[Critique] Avril et le monde truqué, la baguette magique de Tardi

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Imaginez un monde où le XXème siècle serait resté aux technologies du XIXème siècle. La cause : une disparition massive et mystérieuse des plus grands savants de la planète. Au centre du récit de ce film d’animation français, une jeune fille (voix de Marion Cotillard) qui possède un sérum d’invincibilité convoité par d’étranges créatures…

Derrière cette uchronie, on trouve l’univers graphique de Tardi. Visuellement impeccable, profitant de son concept pour se défouler sur l’inventivité des nombreuses machines, le film ne parvient pas à convaincre par son scénario (trop prévisible) et par ses thématiques (trop maintes fois abordées). Le long-métrage de Franck Ekinci et Christian Desmares souffre de la comparaison avec d’autres œuvres autour de la question de l’écologie, en particulier du cinéma de Miyazaki.

Pour autant, Avril et le monde truqué se révèle passionnant de bout en bout, maniant parfaitement le difficile dosage humour/action/émotion. Mais la conclusion de l’aventure donne un goût amer au film et ce qui aurait pu être un coup dans le mille n’est au final qu’un coup légèrement décentré.

Avril et le monde truqué sort le 4 novembre 2015.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.