[Critique] Avé César, les cancres au pouvoir

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Malgré une campagne promotionnelle attrayante, Avé César se dévoile comme une œuvre dans la veine de A Serious Man. C’est un essai aux connotations toutes personnelles pour les frères Coen, qui règlent ici leur compte avec un Hollywood érigé en sauveur divin d’une certaine pensée américaine.

Pour bien comprendre une œuvre pleine de fatras, il faudra néanmoins faire preuve de patience et d’intérêt, puisque les cinéastes savent aussi se moquer de leur audience. Le récit apparaît comme volontairement décousu et incertain, noyant tout fil rouge avec une application sadique. Le procédé a pourtant tout de la ruse et non pas de l’erreur de débutant.

Derrière ce qui ressemble à un gros gâteau à la crème se dissimule une œuvre symbolique où se réinventent de multiples mythes fondateurs. Avec la finesse d’esprit qu’on leur connait, les Coen brassent les références cinématographiques et l’Histoire Américaine un sourire de cancre en coin. Si bien que la bêtise crasse du film prend avec lenteur tout son sens, pour peu qu’on ait envie de lire entre ses lignes.

Avé César sort le 17 Février 2016 dans les salles françaises.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.