[Critique] Burt Wonderstone, vraiment incroyable ?

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Une guérilla acharnée deux illusionnistes, Jim Carrey et Steve Carell, au coeur de Las Vegas, un pitch enchanteur n’est-ce pas ? L’incroyable Burt Wonderstone, premier scénario adapté au cinéma de Don Scarino (discret sur la scène hollywoodienne), avait pourtant le mérite d’être très prometteur.

Steve Carell est Burt Wonderstone, un illusionniste célèbre mais prétentieux. Assisté par Anton (Steve Buscemi), son ami d’enfance, il doit renouveler ses tours quand débarque en ville Steve Gray (Jim Carrey), un magicien aux tours spectaculaires.

Hormis les grimaces Carrey-ènnes loin d’être novatrices, on appréciera un Buscemi réservé, en retrait, jouant vilain petit canard jamais pris au sérieux. Steve Carell, quant à lui, au plus haut de sa forme, mature et très classe. Dans l’ensemble, un p’tit coup d’vieux ne leur va pas si mal !

A tout baser sur ses têtes d’affiche et l’étoffe de chacune,  le reste du film demeure une coquille vide. Apprécions tout de même la présence d’Olivia Wilde, Alan Arkin et James Gandolfini (RIP), qui apportent un peu de paillettes dans ce numéro, certes divertissant, mais au final assez banal qu’est L’incroyable Burt Wonderstone.

L’incroyable Burt Wonderstone est sorti en Direct To DVD le 25 juin 2013.

Article écrit par Cécile Ravidat.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.