Avignon 2019 – J’aurais tellement aimé : une création tendre et originale

J’aurais tellement aimé est un seul en scène délicat et poétique qui questionne sur le sens de l’existence et la quête de soi.

Juliette a 32 ans, elle est bibliothécaire et rêve de devenir écrivain, d’inventer des personnages. A moins que ce ne soit elle, le personnage… Qui est-elle vraiment d’ailleurs ? J’aurais tellement aimé nous guide avec beaucoup de charme et de sensibilité sur le chemin chaotique qui mène à soi, là où vivre commence.

Un spectacle séduisant

Pourquoi avoir choisi ce spectacle parmi les 1538 que propose le Festival Off cette année ? nous a demandé la metteur en scène de la pièce à notre sortie de la salle. La question est pertinente. Le résumé de l’histoire un peu, évidemment, mais avant tout le visuel de l’affiche et la jolie forme ronde du flyer, avons-nous répondu. Pas tant pour la beauté des objets que pour tout ce qu’ils suggèrent et les émotions qu’ils promettent. A savoir, de l’originalité, de la poésie, une certaine sobriété, de la tendresse. Bref, tout ce qu’on aime ! Et ce qu’on aime encore plus, c’est quand les promesses sont tenues ! Parce que c’est loin d’être toujours le cas… J’aurais tellement aimé ne nous a pas déçus, et cette toute jeune création mérite la plus grande attention.

Avignon-2019-Jaurais-tellement-aimé2

Un condensé d’originalité

Nous ne pouvons pas trop en dire pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte, si précieux dans ce spectacle. Mais ce que l’on peut dire c’est qu’il est surprenant, tant dans son fond que dans sa forme. Les premières minutes sont déstabilisantes, intrigantes, et nous font découvrir des sensations nouvelles. Rien qu’en cela la pièce tire son épingle du jeu. Et autant dire que ce n’est pas chose simple dans un tel foisonnement d’œuvres et de créativité. Il faut aussi parler d’Émilie Chevrier qui incarne avec beaucoup de douceur et sans excès cette bibliothécaire à l’allure vieillotte et à qui les livres suffisent. Elle l’explique d’ailleurs fort bien : « puisque les princes charmants n’existent pas, à quoi ça sert d’en épouser un autre ? » !

Une portée initiatique

La mise en scène de May Laporte et les projections video de Renaud Dupré apportent une richesse supplémentaire à ce seul en scène. Et ils accompagnent intelligemment l’évolution de Juliette. Elle qui croit que lire lui suffit pour exister, pour être heureuse, jusqu’à ce matin où tout bascule et cette révolte intérieure. Jusqu’à cet instant où réel et imaginaire se rencontrent, s’étreignent, créant par moments une confusion qui nous tient en suspens. Trouver sa place, se connecter à ses aspirations profondes, s’immerger dans cet élan qui précède l’écriture et devenir l’écrivain de sa propre vie : autant de thèmes abordés avec beaucoup de poésie. Un spectacle que nous n’aurions pas tellement aimé manquer !

J’aurais tellement aimé, avec Émilie Chevrier, écrite et mise en scène par May Laporte, se joue au Théâtre des Barriques, à Avignon, du 05 au 28 juillet à 19h10. Relâche les 9, 16, 23.

Retrouvez tous nos articles consacrés au Festival Off d’Avignon ici.

Avignon-2019-Jaurais-tellement-aimé

Avis

8 A voir
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Mélina Hoffmann

Leave A Reply