[Critique] Une accro du shopping, une comédie délicieuse !

Envie d’une petite soirée pépère-girly-pyjama-party-tisane ou encore vodka-fraise-chamallow-chocolat ? Une seule recette : le plaisir coupable signé P.J. Hogan, Confessions d’une accro du shopping.

Becky Bloomwood, une toxico du shopping est incapable de résister à l’appel des soldes. Obligée de trouver un travail pour combler ses dépenses, Becky se retrouve rédactrice dans un magazine financier – quelle ironie.

Définition du plaisir coupable. Plaisir, pour toute sa fraîcheur revigorante, une légère brise colorée et amusante. Coupable, car en regardant de plus près le titre nous savons d’avance la comédie romantique américaine type que nous allons regarder.

Confessions d’une accro du shopping, à l’image de la très célèbre Bridget Jones, met en avant une héroïne maladroite, complexée, amoureuse de son boss inaccessible. De plus, Isla Fisher (Insaisissables) est à elle toute seule le cœur battant du long-métrage, à la fois enflammée et piquante.

Confessions d’une accro du shopping, une comédie américaine ultra-dynamique qui fait chaud au cœur.

Confessions d’une accro du shopping est sorti le 20 mai 2009.

Article écrit par Cécile Ravidat.

8.0 À voir
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply