Ultraviolence : Lana Del Rey, Triste Vestale

1

Ultraviolence : Lana Del Rey, Triste VestaleAutant le dire tout de suite: Ultraviolence ne nous permettra de déchiffrer le mystère Lana Del Rey. Il prolonge au contraire l’ombre portée sur cette comète pop moderne.

Lana Del Rey dépeint toujours un monde mythique fait de cruauté et de tristesse. Mais là où Born To Die le couvrait de pompe, et recelait de véritables standards tels que « Video Games », Ultraviolence est nimbé d’une atmosphère narcotique et languissante.

Hollywood y est une présence ténébreuse et Lana une héroïne lynchienne consciente de son pouvoir mais n’y trouvant aucune satisfaction. Et lorsque celle-ci déclare vouloir « Money Power Glory » on sent qu’elle n’y croit pas elle-même.
C’est cette émotion qui semble inconsciemment traverser l’album. La production exagérément «old school » et légèrement poisseuse de Dan Auerbach, leader des Black Keys, donnant l’impression de cadrer en slow-mo notre jeune fille triste.

Si Ultraviolence offre une cohérence et un univers plus défini que Born To Die, peu de moments remarquables ressortent de ce tableau monochrome. Comme emportée par sa propre vie, Lana Del Rey aura sans doute voulu chanter le moment où la vague se retire. En cela elle aura réussi.

Avis : 6/10

Ultraviolence de Lana Del Rey, sorti le 17/06/14.

Advertisement
(Visited 87 times, 1 visits today)

À propos de l'auteur

Avatar

Un commentaire

  1. Ping de retour Lana Del Rey disque de Diamant-L'info tout court

Réagissez !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.