[Test DVD] Le Solitaire, grand premier Mann

L’auteur de ces lignes ne se sera pas montré tendre avec Hacker. Mais il est une évidence qui mérite un prompt rétablissement : Michael Mann est un maitre et Le Solitaire, son premier long-métrage pour le cinématographe, constitue une entrée de référence pour tout cinéaste novice.

En obsessionnel du détail et fétichiste des réfléchissements nocturnes, Mann ancre son fascinant protagoniste dans une ville tentaculaire. Tous les motifs majeurs de son œuvre future sont présents : une ligne de conduite sans faille, une virilité affirmée et une volonté fataliste d’échapper à son destin. Ces thèmes sont distillés au sein d’un récit solide et cohérent duquel ressortent quelques échanges dialogués à l’émouvante profondeur.

Sans surprise, c’est pourtant la fascination ténue de son réalisateur pour le milieu qu’il filme qui fait du Solitaire un classique. Composant chaque cadre avec une logique imparable, Mann étire au maximum les séquences de braquage avec un réalisme inédit. Au détour des volutes électroniques de Tangerine Dream, le récit quitte son plat terrain pour mieux plonger au sein d’une poésie moderne et lumineuse juste merveilleuse.

Le Solitaire est disponible dans un somptueux coffret Blu-Ray+DVD+Livret.

Avis

8.8 Must Have

Wild Side s’est imposé comme une véritable référence dans le domaine de la remasterisation de classiques du septième art et cette nouvelle édition du Solitaire ne fera que confirmer cet état de fait. Présentée dans un superbe écrin, l’édition s’accompagne d’un formidable livret de 200 pages signé du grand Michael Henry Wilson, déjà responsable d’un livre d’entretien avec Scorsese proprement mythique. On y retrouve tout ce qu’il faut savoir sur ce fascinant premier film.

Le travail sur l’image est si phénoménal qu’on croirait redécouvrir le long-métrage : clair, pêchu et peu embarrassé par les nombreuses séquences nocturnes, le transfert ici présent s’impose comme l’ultime édition à posséder. Côté son, la piste en DTS 7.1 est quelque peu étouffé côté dialogues mais bénéficie d’effets sonores limpides et d’une partition musicale puissante.

Outre la bande-annonce, le seul bonus vidéo de cette édition est une interview avec le James Caan d’aujourd’hui. Passionnant et fier du film, Caan livre des anecdotes croustillantes sur le tournage et rappelle à qui en douterait encore du côté obsessionnel de Michael Mann. Un chouette bonus qui est un complément idéal à l’imposant livret fourni avec l’édition.

  • Film 9
  • Image 10
  • Son 7
  • Bonus 9
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply