[Critique] Les femmes du bus 678 : le courage au féminin

L’attouchement sexuel n’a été reconnu comme un délit en Égypte qu’à la fin des années 2000. Une aberration dont se sert Mohamed Diab pour dérouler Les femmes du bus 678 autour de trois protagonistes.

Faysa, Seba et Nelly sont des femmes égyptiennes très différentes. La première est mère de famille et se fait régulièrement toucher par des hommes dans le bus. La seconde donne des cours d’autodéfense après avoir été agressée lors d’un match de football. La dernière est la première femme à avoir porté plainte pour attouchement sexuel dans son pays. Trois destins qui se rencontrent pour faire entendre leurs voix dans une société machiste.

La mise en scène est très délicate, et l’amour de Mohamed Diab pour les femmes transparaît à chacun des plans. Mais c’est la prestation des trois actrices principales qui fait toute la force et l’intérêt du film. Chacune dans leur rôle, à des âges et à des places sociales différentes, elles transmettent un courage et une envie d’égalité sans limite.

Le long-métrage dévoile une cause, qui est, aujourd’hui encore, loin d’être aboutie. Des films militants comme celui-ci, il en faut toujours plus.

Les femmes du bus 678 est sorti le 30 mai 2012.

Article écrit par Marie Salammbô.

Avis

9 Excellent
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply