[Critique] Disparue en hiver, téléfilm du dimanche soir

Article écrit par Chloé Claessens.

Grand habitué des séries françaises et des téléfilms de l’été, Christophe Lamotte (Profilage, Une Nouvelle vie) s’essaie pour la première fois au cinéma de fiction avec Disparue en hiver, un long-métrage stéréotypé suivant un canevas archi-classique.

Trois ans après le décès de sa fille et l’explosion de son mariage, Daniel, ancien flic désabusé, reprend officieusement du service pour retrouver une adolescente tourmentée.

Malheureusement pour Lamotte, il est difficile de s’affranchir de ses démons télévisuels. Disparue en hiver a tout du téléfilm du dimanche soir, depuis son scénario confus jusqu’à sa réalisation maladroite. L’intrigue, sordide, manque cruellement de subtilité et bascule instantanément dans le glauque, terrain sinistre auquel on aurait préféré ne pas se frotter. Malmenés par des dialogues invraisemblables, les acteurs peinent à jouer juste, déblatérant de façon surfaite, oubliant d’échanger avec leurs partenaires.

On s’ennuie de la qualité moindre de Disparue en hiver dont la trame convenue et prévisible donnerait à n’importe quel spectateur l’impression d’avoir écrit le scénario du film.

Disparue en hiver sort le 21 janvier 2015.

 

Avis

3 Raté
  • User Ratings (1 Votes) 1.4

About Author

Avatar

Leave A Reply