[Critique] Corporate : dans l’enfer humain des grandes entreprises

Pour son premier film, Nicolas Silhol s’attaque à la dimension sociale des grandes entreprises. Corporate se fait l’écho d’une triste réalité, long-métrage nécessaire à défaut d’être parfait.

Brutale réalité. Le réalisateur a parfaitement su retranscrire la culture d’entreprise dans les grosses boîtes, faite de « proactives », de « killeuses ». Un monde où on parle stratégie avant de traiter l’humain. Un univers froid renforcé à l’écran par l’absence de musique et l’interprétation de Céline Sallette en DRH glaciale – voire détestable -, décidant d’agir avant tout pour sauver sa peau. Tout concourt à provoquer le malaise et dénoncer certaines méthodes de management malheureusement bien réelles.

L’échec cinématographique. En voulant habiller son drame sociale en faux thriller, le cinéaste met en lumières son amateurisme. Des personnages inconsistants, une dimension familiale sous-exploitée – sauf au détour d’une scène -, et une fin un brin trop rapide auront tendance à fragiliser une idée pourtant très forte. Dans sa volonté d’épaissir maladroitement Corporate, Nicolas Silhol prouve qu’une bon sujet ne fait pas forcément un bon film.

Corporate sort le 5 avril 2017

(Visited 21 times, 1 visits today)

Avis

6 Gros sujet petit film
  • User Ratings (1 Votes) 6.5

About Author

Avatar

Ancien homme à tout faire du site, co-créateur, chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Leave A Reply