Critique Marriage Story : un uppercut déchirant et ravageur

2 ans après The Meyerowitz Stories, Noah Baumbach revient avec Netflix pour livrer son meilleur film. En s’inspirant de son propre divorce, il fait de Marriage Story un récit poignant sur la fin d’un couple.

S’ouvrant sur une thérapie, Marriage Story marque d’emblée par sa dramatisation acérée sous forme de dissection d’un couple en bout de course. Mais ce qui impressionne ensuite est la manière qu’a le réalisateur de toucher l’émotion et la substantifique moelle de l’humain dans ce qui s’apparente à un récit balisé. Autopsiant un couple aimant, mais condamné à s’étioler, Baumbach livre un regard plein de maturité en agençant à merveille son récit. D’une histoire relativement simple, le tout fourmille d’idées d’écriture qui renouvellent constamment les enjeux, partant d’un désamour pour an apporter l’émotion.

Marriage Story 01
© Netflix

Divorce Story de 2 immenses acteurs

D’un côté un Adam Driver exceptionnel en metteur en scène désireux de rester à NY avec son fils Henry ; de l’autre une Scarlett Johansson livrant une de ses meilleures performances (depuis Under the Skin) en mère désireuse de retrouver ses rêves avortés d’actrice à succès en Californie. Le sentiment de cette dernière d’avoir tout abandonné pour vivre la vie de son mari sera le point de départ de Marriage Story, qui heureusement joue habilement des deux points de vue. Personne n’a raison, personne n’a tort, point de moralisation, simplement un regard honnête sur ce que le manque de communication dans un couple peut engendrer.

Partant d’une ambiance douce-amère, la tension monte petit à petit, et ce sont les regrets du passé qui ressurgissent. Les dialogues incisifs s’opèrent telles des matchs de ping-pong avec une pertinence rare. On passe par toutes les phases : de l’acceptation à l’opposition, en passant par l’inévitable déchirement émotionnel (peut-être la scène d’acting la plus intense de l’année) et la guerre d’avocats (Laura Dern et Ray Liotta sont excellents en rapaces à la vision pugiliste du divorce). Le tout se révèle ensuite à mi-parcours comme un coup de poing émotionnel cathartique absolument ravageur.

Marriage Story 02
© Netflix

Loin d’être une resucée de Kramer contre Kramer, le film de Baumbach apporte de la nuance, une sobriété de mise en scène maitrisée pour faire exister ses personnages qui occupent l’espace. Jamais cynique ou mièvre, Marriage Story n’hésite pas à varier son rythme voire son ton (brillants moments de comédie) pour insuffler une âme au film. Pas mal de plans longs permettent une immersion de chaque instant ainsi qu’une vraie authenticité, invitant réellement le spectateur à être témoin des diverses émotions en jeu. Jennifer Lame (monteuse de Manchester by the Sea et Midsommar) n’y est sans doute pas étrangère non plus, via un montage parfait participant à l’échange de points de vue.

La photographie de Robbie Ryan (The Favourite) épouse les acteurs et les intérieurs, et la musique de Randy Newman (Toy Story), tout bonnement excellente, permet d’apporter une réelle douceur et tendresse à des moments-clés. Car malgré le côté dur et triste du film, Noah Baumbach n’oublie jamais d’apporter un regard honnête et adulte, avec une lumière au bout du tunnel. On sent évidemment la patte d’un auteur qui connaît son sujet.

Triomphe Story

Chirurgical dans son découpage et son écriture, Marriage Story est un film bouleversant de sincérité. Porté par 2 acteurs magistraux au diapason, Baumbach livre ni plus ni moins que son meilleur film. Traitant cette histoire avec un profond respect, sans jamais édulcorer le propos, le réalisateur invite également à nous montrer que dans tout divorce nait le début d’une nouvelle histoire. C’est dans cette fibre qui touche à la vérité que le spectateur happé en ressort grandi. Beau, drôle, écrasant, déprimant, salvateur… Les qualificatifs manquent peut-être mais Marriage Story n’est pas un film à résumer sur « 2 personnes qui divorcent et s’engueulent ».

Traitant à la fois de la passion, de l’incapacité à écouter, de l’impossibilité du dialogue, des regrets, du sens de la vie ou de rêves avortés, la performance hallucinante de Adam Driver et Scarlett Johansson n’est que la cerise sur le gâteau. Il suffit que le film touche ensuite au romanesque pour nous laisser profondément ému. Marriage Story est un incontournable de l’année 2019, une proposition pleine d’amour et embuée de larmes. Une étude de personnage impressionnante. Un grand film tout simplement.

Marriage Story est disponible sur Netflix depuis le 6 Décembre 2019

Avis

9 Déchirant
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Charley

Cinéphage, sériephile, nerd, gamer, médic...un touche-à-tout qui reste un grand rêveur !

Leave A Reply