[Critique] RoboCop : 50% homme, 50% machine, 100% culte

Grosse semaine pour RoboCop. Alors qu’au cinéma débarquait la nouvelle génération du flic cyborg, la version de 1987 ressortait dans une édition Blu-Ray de grande qualité. Une belle manière de passer un message : on ne touche pas à l’original !

Montage exceptionnel, performance ahurissante de Peter Weller, RoboCop premier du nom reste un petit bijou de science-fiction devenu culte. On y dresse le portrait d’une Amérique violente, désabusée, ultra-médiatisée, où le capitalisme libéral se confronte à la réalité de la rue, où la justice robotisée perd de son humanité. Gauchiste flirtant ici habilement avec la ligne jaune républicaine, Paul Verhoeven signe l’un de ses meilleurs brûlots envers l’ère Reagan peu de temps avant Starship Troopers.

Génie de la mise en scène, le réalisateur démontre, après Terminator (le film y fait d’ailleurs un petit clin d’œil), que l’on peut faire un film de science-fiction brutal, intelligent, et maîtrisé jusqu’au bout. Avant même sa sortie, le remake n’avait aucune chance…

RoboCop est sorti le 20 janvier 1988

Avis

9 A voir absolument !
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply