[Critique DVD] City of Dreams, Detroit familial

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le projet documentaire de Steve Faigenbaum vis-à-vis de son Détroit d’origine est pour le moins singulier. Animé d’un sentiment nostalgique envers une ville qu’il a délaissé 25 ans plus tôt, il revient dans la grande carcasse criminelle des États-Unis et établit un parallèle entre son enfance et l’Histoire (raciale principalement) de ce lieu auparavant florissant.

La conjonction entre un pôle cartésien et une approche autobiographique affaiblit ce City of Dreams parce que le montage tend à laisser chacun dans son compartiment défini. Également, la trop courte durée (1h22) ne peut donner le relief nécessaire à toutes les passionnantes histoires qui nous sont contées et l’on finit le long-métrage sur la sensation d’avoir aperçu un premier embryon d’une plus longue descendance.

Force est pourtant de reconnaître la louable démarche qui anime Steve Faigenbaum, particulièrement en ce qui concerne la controversée question raciale de Détroit. La tradition familiale juive du réalisateur est habilement mise en parallèle avec une communauté afro-américaine en colère, conduisant au triste abandon d’une ville pleine d’un espoir nouveau.

City of Dreams est disponible en DVD.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.