Critique Dark Crystal : Le temps de la résistance : brillant préquel

Dark Crystal : Le Temps de la résistance (The Dark Crystal: Age of Resistance) est l’une des meilleures idées de The Jim Henson Company et de Netflix. Après avoir non seulement permis aux nouvelles générations de découvrir ce film incontournable pour tous cinéphiles, la plateforme nous offre en sus, une série très réussie.

Le film Dark Crystal (1982) est l’un des exemples type du cinéma fantastique : un monde imaginaire répondant à ses propres règles et sans même d’humains. Il était un défi à l’époque, réalisé quasi entièrement à l’aide de marionnettes et animatroniques. Un choix artistique qui joue pour beaucoup dans son charme si particulier. Ce défi technique est encore d’actualité pour les créateurs de la serie Le temps de la résistance. On vous conseille d’ailleurs de jeter un œil au making-off passionnant , lui aussi disponible sur la plate-forme.

Critique Dark Crystal  Le temps de la résistance  brillant préquel
©Netflix

Une mise en scène superbe

On pourrait dire que la nostalgie parle, mais si l’on devait s’attarder sur un défaut gênant, on pourrait trouver certainement noter celui sur les plans généraux. Certaines prises de vues, certes magnifiques, sur les montagnes ou les forêts, ont clairement été réalisées sur notre bonne vieille Terre et jurent dans l’univers du film à la flore si différente.

Mais sinon, les marionnettistes ont fait des merveilles. Les images, retouchées juste comme il faut par les effets de synthèses, reflètent parfaitement l’ambiance originale du film, avec une petite touche de modernité supplémentaire, subtile mais appréciable. Dès le premier épisode on est captivé par cet univers vivant et pur (80 décors de plateau tout de même). Ça grouille de formes de vies de toutes sortes.

Critique Dark Crystal Le temps de la résistance brillant préquel
©Netflix

Le respect de l’oeuvre originale

Pourtant la trame sombre, qui fait du film la réussite qu’il est, est toujours bien présente. L’univers de Dark Crystal dans son ensemble ne s’adresse pas qu’aux enfants. Rien n’y est manichéen. Ce n’est pas seulement une histoire d’aventure, d’amitiés, d’amour, de rivalité entre Skeksès et Getflings, mais également une réflexion sur la mort, la peur de vieillir, qui hante plus ou moins consciemment chaque individu. On pourrait même y voir une critique contemporaine de la place que prend l’homme dans son environnement. Pour toutes ces raisons, Dark Crystal s’inscrit comme un film universel.

De même, l’humour est toujours présent. Par rapport aux acteurs de chair ou aux dessins de synthèse, les marionnettes doivent composer avec des visages relativement fermés. Si la technologie permet de leur apporter un peu plus de vie, les émotions doivent être plus marquées sur ces faciès figés. Mais c’est aussi cette contrainte qui fait toute leur force. Comment ne pas craquer pour les mimiques des podlings, ou se souvenir avec un frisson des expressions du chambellan Skeksis ?

Critique Dark Crystal Le temps de la résistance brillant préquel_production_AOR_card
©Netflix

Car malgré leur côté peut-être un peu inerte, les personnages sont riches, profonds, mais surtout attachants. Comme dans une pièce de Shakespeare ce décalage permet de véhiculer de nombreuses idées et revendications. Le réalisateur français Louis Leterrier a décidé d’opposer le matriarcat des Getflings au patricarcat des Skeksès. Pas besoin d’un échassier du vent pour franchie le pas d’une référence à ‘me too’, surtout que l’une des actrices Nathalie Dormer (Margaery Tyrell dans Game of Thrones) présente y était particulièrement engagée.

Cela va sans dire Dark Crystal : Le temps de la résistance nous a ravis, nous captivant du début à la fin, nous poussant à replonger, encore une fois, dans les séquences de son aîné !

Dark Crystal : Le Temps de la résistance (The Dark Crystal: Age of Resistance) a été mise en ligne le 30 août 2019 sur Netflix.

Avis

10 Génial !
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Ida Gonthier

Leave A Reply