Critique Bauhaus A New Era : saison 1 épisodes 1, 2, 3 : superbe révolution

Pour fêter le centenaire de la célèbre école & courant artistique, Arte et Zero One Film proposent Bauhaus A New Era, une pépite engagée.

En 1919, Walter Gropius crée l’école publique et novatrice du Bauhaus, laquelle marquera le début du courant artistique du même nom, synonyme de modernité dans l’art européen et international. Présentée pour la première fois lors de ce Cannes Series 2019, Bauhaus A New Era fait l’effet d’une petite bombe dans la télévision européenne, en marchant sur les traces de ses cousines proposées par National Geographic sur Einstein ou Picasso, l’engagement et l’écriture allemande en plus.

Critique Bauhaus A New Era : saison 1 épisodes 1, 2, 3 : superbe révolution
©Beta Film

Car si Bauhaus brille tant par sa forme que son écriture, c’est grâce à l’implication de Lars Kraume, créateur, réalisateur et scénariste de cette série allemande pur jus, histoire de dégommer les préjugés machistes, dictatoriaux et élitistes de l’époque d’entre deux guerre à Weimar. Une série documentée, presque documentaire, percutante et hautement engagée notamment face au putsch militaire des Corps francs, soit les prémisses de l’éveil du Parti National Socialiste…

Un temps nouveau

En pleine effervescence politique et sociale, l’Allemagne oscille entre traditions bourgeoises et l’arrivée du socialisme et de ses idées révolutionnaires auxquelles se raccroche le Bauhaus, fortement politisé malgré son souhait de rester apolitique. Un postulat que la série de Zero One Film propose en suivant deux focalisations, deux temporalités. La première est celle de l’interview donné à Vanity Fair en 1963 qui permet de remettre en place les principes et objectifs sociaux de 1919, la seconde et principale attention du show allemand. Le cœur de la narration explore donc la création de l’école pendant laquelle Gropius, formidablement interprété par August Diehl, expose son souhait d’une institution mixte via sa relation avec une élève, jouée par Anna Maria Mühe, et qui représente à elle seule le conflit d’une nation en pleine révolution. Du grand art, notamment quand l’effervescence des écoles d’art est aussi bien retranscrite.

Critique Bauhaus A New Era : saison 1 épisodes 1, 2, 3 : superbe révolution
©Beta Film

Sauf que si Bauhaus A New Era s’offre un récit hautement engagé, politique et social, la forme peine à convaincre puisque cette dernière n’est pas aussi originale que le mouvement qu’elle illustre. Sans compter une narration linéaire qui reprend bien les axes graphiques des productions du courant, on aurait apprécié plus de frivolité et d’audace dans la réalisation, léchée et bien trop classique pour correspondre à cet élan de modernité. Surtout que les couleurs froides de la série peinent à s’inscrire dans la saturation débridée du Bauhaus. Mais devant une telle prouesse narrative, on pardonne aisément cette facilité visuelle qui aurait mérité plus d’approfondissement.

Bauhaus A New Era est actuellement diffusé sur Arte.

Critique Bauhaus a New Era : saison 1 épisodes 1, 2, 3 :
©Beta Film

Avis

8 pertinente
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Axel PC

Entre deux passages sur le billard pour ressembler à l’arme X, ce créateur marginal allie réalisation et graphisme à l’écriture pour s’évader vers une galaxie lointaine. À l’affut de toute image mouvante, sa passion pour le cinéma et les séries ne s’estompe que pour fragguer quelques noobs.

Leave A Reply